Le canular vire à la tragédie

Partager

Sur le même thème

Une farce a tourné à la tragédie, vendredi, lorsqu'une infirmière de la duchesse Kate Middleton a été retrouvée sans vie: elle avait été piégée une journée plus tôt dans le cadre d'un canular réalisé par une radio australienne.

Selon des médias internationaux, elle aurait mis fin à ses jours.

«C'est avec grande tristesse que je peux confirmer la mort tragique d'un membre de notre équipe d'infirmières, Jacintha Saldanha», a affirmé John Lofthouse, le grand patron de l'hôpital King Edward VII, dans une courte conférence de presse. «Je peux confirmer que Jacintha a récemment été victime d'un canular téléphonique visant l'hôpital.»

Il y a trois jours, deux animateurs d'une station de radio de Sydney avaient réussi à s'entretenir avec une infirmière de garde dans la chambre de Kate Middleton. Celle-ci leur a affirmé que la future mère se portait bien, mais qu'elle avait manqué d'hydratation.

La femme du prince William a été hospitalisée lundi en raison d'intenses nausées, et le palais St James a aussitôt révélé qu'elle est enceinte. Elle a reçu son congé de l'hôpital jeudi.

Selon les médias britanniques, Jacintha Saldanha est l'infirmière qui a décroché le combiné et a transféré l'appel dans la chambre de Mme Middleton. Il ne s'agirait pas de celle qui s'est entretenue avec les animateurs.

Le Guardian de Londres relate que la famille royale a juré ne pas avoir porté plainte contre le personnel de l'hôpital après le canular. Le beau-père de Kate Middleton, le prince Charles, a même tourné l'incident en dérision.

Le code d'éthique des Justiciers masqués

Appelé à commenter l'événement, le duo humoristique québécois les Justiciers masqués s'est montré très critique envers les deux animateurs australiens. Experts des canulars téléphoniques depuis près de 15 ans, ils croient qu'il est essentiel de se donner un code d'éthique strict dans ce genre d'opérations.

«On aurait peut-être piégé Kate Middleton, mais on n'aurait pas piégé son infirmière, surtout pas pour faire sortir des informations qui sont personnelles», a expliqué Sébastien Trudel, l'un des deux Justiciers. Selon lui, seules les personnalités publiques devraient être la cible de «coups de téléphone».

De plus, son complice et lui se font un point d'honneur de révéler leur véritable identité à la personne piégée alors qu'elle se trouve encore au bout du fil. Cela lui permet de s'expliquer et de demander que certaines informations personnelles ne soient pas diffusées, selon M. Trudel.

Quant aux deux animateurs, «je pense que c'est la première fois qu'ils faisaient ça et j'ai bien l'impression que ce sera la dernière», a estimé Sébastien Trudel.

Hier en milieu de journée, la station de radio a annoncé que ses deux animateurs ne reviendraient pas en ondes pour une durée indéterminée.

Avec l'Agence France-Presse



Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer