L'ONU lance un avertissement aux Serbes de Bosnie

Milorad Dodik, président de la République serbe de... (Photo: AFP)

Agrandir

Milorad Dodik, président de la République serbe de Bosnie.

Photo: AFP

Partager

Agence France-Presse
New York

Les Nations unies ont lancé mardi un avertissement aux Serbes de Bosnie concernant de possibles velléités de dissolution d'un État qui lutte pour se stabiliser depuis la fin de la guerre en 1995.

Le représentant de l'ONU en Bosnie-Herzégovine, Valentin Inzko, a fait état, lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur la Bosnie, d'une série de déclarations «incendiaires» de Milorad Dodik, président de la République serbe de Bosnie, l'une des deux entités du pays.

La Bosnie-Herzgévine est constituée de deux entités semi-autonomes, la République serbe de Bosnie et la Fédération de Bosnie-Herzégovine, qui est croato-musulmane, depuis la fin de la guerre de 1992-1995. Le pays lutte depuis avec un gouvernement central faible.

Selon M. Inzko, les commentaires de M. Dodik n'ont fait qu'empirer ces six derniers mois.

«Que répondre lorsqu'un dirigeant politique déclare que la Bosnie-Herzégovine ne lui fait éprouver que dégoût et qu'il prie Dieu pour qu'elle éclate le plus vite possible?», a lancé M. Inzko.

Le rapport de ce dernier au Conseil cite également des déclarations de M. Dodik dans lesquelles il appelle à la séparation d'avec l'entité croato-musulmane.

«Je suis entièrement convaincu que (la République serbe de Bosnie) s'élèvera un jour comme État indépendant», a ainsi déclaré M. Dodik lors d'une interview dans la presse en octobre. «La Bosnie-Herzégovine est un État pourri qui ne mérite pas d'exister», a-t-il également martelé.

«Tout ceci est suffisamment inquiétant pour justifier d'attirer l'attention dessus», a estimé M. Inzko devant le Conseil.

«Il est totalement inacceptable que 17 ans après la guerre certains mettent toujours en question» l'existence de la Bosnie, s'est indignée l'ambassadrice adjointe des États-Unis à l'ONU, Rosemary DiCarlo.

«L'intensification de la rhétorique nationaliste et des défis lancés à l'État» de Bosnie visent à saper les Accords de Dayton de 1995, qui ont mis fin au conflit, a lancé pour sa part l'ambassadeur adjoint de Grande-Bretagne Michael Tatham, soulignant que pour être admise au sein de l'Union européenne ou de l'OTAN la Bosnie devra être unie.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer