Pas de suite aux attouchements allégués de Bush père

George Bush père a été président de 1989 à... (Photo archives AFP)

Agrandir

George Bush père a été président de 1989 à 1993.

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nomaan Merchant
Associated Press
HOUSTON

Les allégations selon lesquelles l'ancien président George H.W. Bush aurait touché plusieurs femmes de manière inappropriée auraient pu lui valoir une amende ou une peine de prison, si des plaintes formelles avaient été déposées à l'époque.

Les délais de prescription sont toutefois échus dans toutes les affaires, sauf une, et plusieurs avocats interrogés sont d'avis qu'il serait difficile de poursuivre M. Bush, qui éprouve des problèmes de santé similaires à la maladie de Parkinson.

«On parle de traîner en justice un homme de 93 ans, un ancien président qui se déplace en fauteuil roulant, a dit l'avocat Toby Shook, un ancien procureur de la ville de Dallas. Je doute qu'on ne réussisse jamais à trouver un jury prêt à le condamner.»

Rien ne permet de croire que des accusations soient portées contre M. Bush.

Jordana Gorlnick, une actrice qui prétend que l'ancien président lui a empoigné une fesse l'an dernier pendant que sa femme Barbara se tenait à proximité, a dit à l'Associated Press n'avoir aucune intention de dénoncer le 41e président à la police. Ce serait le seul incident pour lequel le délai de prescription n'est pas encore écoulé.

Les six incidents se sont produits dans trois États sur une période de dix ans. Dans tous les cas, les femmes racontent que M. Bush les a touchées de manière inappropriée quand elles se sont placées près de lui pour une photo. Les trois États disposent de lois qui interdisent les attouchements indésirés.

Les femmes racontent toutes essentiellement la même histoire: M. Bush les a tapotées sous la taille au moment de prendre une photo, parfois en accompagnant le tout d'une blague concernant son magicien ou son auteur préféré, «David Cop-a-Feel».

M. Bush s'est plusieurs fois excusé, par la bouche de son porte-parole, «à tous ceux qu'il a pu offenser». Jim McGrath a dit par voie de communiqué, le mois dernier, que M. Bush utilise un fauteuil roulant depuis environ cinq ans, et que «ses bras tombent sous la taille des gens avec qui il est photographié».

Dans un autre communiqué publié lundi, M. McGrath déclare que «George Bush est tout simplement incapable de rendre qui que ce soit volontairement mal à l'aise, et il s'excuse de nouveau à tous ceux qu'il a pu offenser à l'occasion d'une photo».

M. McGrath n'a pas répondu à une nouvelle demande de commentaire, mardi.

L'actrice Heather Lind a été la première à pointer l'ancien président du doigt quand elle a déclaré sur Instagram, le 24 octobre, que M. Bush «m'a touchée par-derrière» en racontant «une blague salée» quand ils ont pris une photo ensemble à Houston lors de la présentation d'une série télévisée.

Cinq autres femmes se sont manifestées depuis, dont Roslyn Corrigan, qui a confié au magazine Time lundi que M. Bush l'a touchée au moment de prendre une photo en 2003, quand elle n'avait que 16 ans, lors d'une soirée organisée en banlieue de Houston.

Trois des incidents rapportés se seraient donc produits au Texas. M. Shook dit qu'en vertu de la loi de cet État, le fait de toucher les fesses de quelqu'un par-dessus ses vêtements serait probablement passible d'une amende de 500 $ US, sans plus.

Dans le Maine, où M. Bush aurait fait des attouchements à deux femmes, ces allégations pourraient se traduire par une année de prison, selon Walt McKee, un avocat de la défense qui pratique à Augusta, la capitale de l'État.

Et en Pennsylvanie, où une journaliste à la retraite reproche à M. Bush de l'avoir touchée de manière inappropriée, la loi concernant les agressions sexuelles pourrait être invoquée, a dit le professeur de droit Richard Settgast.

Mais dans tous les cas, ont dit les experts, il faudrait déterminer si l'accusé a touché ses victimes à des fins de satisfaction sexuelle ou par accident. Et même si l'âge et le handicap entraient en jeu, a dit M. Settgast, «je ne pense pas nécessairement (qu'un accusé) s'en tirerait simplement parce qu'il est infirme».

M. Bush a été président entre 1989 et 1993. Il est bien connu et aimé au Texas et dans le Maine, les deux États où il réside.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer