Joe Biden à Trump: «il est temps de grandir»

«Nous devons arrêter avec ces tweets... C'est puéril»,... (Photo Archives AP, Patrick Semansky)

Agrandir

«Nous devons arrêter avec ces tweets... C'est puéril», a déclaré Joe Biden.

Photo Archives AP, Patrick Semansky

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

L'ancien vice-président des États-Unis Joe Biden a vivement critiqué mercredi le président américain Donald Trump, estimant qu'une Russie plus assurée et déterminée allait de nouveau interférer avec une élection américaine.

«Nous devons arrêter avec ces tweets... C'est puéril», a déclaré M. Biden, devant le Conseil de Chicago sur les affaires internationales. «Il est temps de grandir et d'agir comme un dirigeant mondial», a poursuivi celui auquel on prête parfois des velléités présidentielles pour 2020.

M. Biden, vice-président démocrate de Barack Obama, a fait de la politique étrangère son thème de prédilection depuis la fin de son mandat en janvier.

Il a accusé le président russe Vladimir Poutine de chercher à faire oublier ses problèmes au niveau domestique en «semant la discorde» en Europe et aux États-Unis.

«L'attaque de la Russie contre notre élection n'est pas un incident isolé», a estimé M. Biden. «Les efforts pour désinformer, pour infiltrer nos réseaux, pour corrompre nos institutions politiques se poursuivent».

«Et, à coup sûr, nous verrons cela accélérer à plein régime lorsque nous nous dirigerons vers un autre cycle d'élection parlementaire crucial en 2018», a-t-il prévenu.

L'ancien vice-président a également critiqué Donald Trump pour ne pas avoir pris une position plus ferme face aux interférences de la Russie et a estimé que sa politique étrangère d'une manière générale --comme le retrait du partenariat transPacifique (TPP)-- menaçait les alliances des États-Unis.

Ancien sénateur du Delaware (est) issu de la classe ouvrière, Joe Biden a longtemps été considéré comme le représentant de la même catégorie démographique que celle qui a voté pour Donald Trump en 2016: des Blancs de la classe ouvrière en difficultés économiques.

«Ces gens n'ont pas de préjugés. Ils sont réalistes. Et ils sont devenus la cible de charlatans», a estimé M. Biden.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer