Les manifestants contre un oléoduc dans le Dakota lèvent le camp

Les manifestants ont mis en feu à leur... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Les manifestants ont mis en feu à leur campement avant de quitter les lieux.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Chicago

Les opposants à la construction d'un oléoduc controversé dans les prairies du Dakota du Nord ont finalement quitté le camp installé il y a près d'un an, face à un ultimatum des autorités exigeant son évacuation.

Une dizaine d'activistes restés après l'expiration de cette limite à 14h00 ont été arrêtés, selon le North Dakota Joint Information Center.

Plus tôt dans le mois, l'administration de Donald Trump a relancé ce projet d'oléoduc contesté, revenant sur une décision prise au mois de décembre par son prédécesseur Barack Obama, au grand dam des populations amérindiennes locales.

La tribu sioux de Standing Rock estime ainsi que l'oléoduc passe sur des sites sacrés et menace ses sources d'eau potable.

L'opérateur du pipeline, Energy Transfer Partners, affirme de son côté que l'installation sera sûre, bénéficiant de technologies dernier cri pour prévenir tout désastre environnemental.

Des opposants, qui se comptaient par milliers à certains moments, étaient ainsi rassemblés depuis le mois d'avril dernier dans cet État du Nord pour bloquer les travaux, provoquant des échauffourées musclées entre manifestants et forces de l'ordre. L'administration Obama avait mis fin à des mois de conflit en décembre en recommandant d'étudier un tracé alternatif.

Après l'évacuation des derniers militants mercredi, les autorités prévoyaient de nettoyer ce qui reste du camp de fortune qui avait été installé, afin de ne pas contaminer les eaux environnantes. Plus de 230 camions de débris et détritus avaient déjà été évacués lundi.

Les militants autochtones ont brûlé plusieurs structures en quittant le camp, selon eux pour des cérémonies rituelles. Selon les autorités, une vingtaine de feux ont ainsi été allumés. Ces sinistres ont provoqué au moins deux explosions qui ont blessé un garçon de 7 ans et une jeune fille de 17 ans, hospitalisés pour des brûlures.

Les autorités du Dakota du Nord, qui craignaient des dégâts écologiques si le camp n'était pas levé, ont offert des tickets de bus et même parfois une nuit d'hôtel aux militants pour retourner chez eux.

L'oléoduc Dakota Access Pipeline, projet à 3,8 milliards de dollars, doit s'étendre sur quatre États du Nord et faire près de 1900 kilomètres de longueur. Il vise à transporter l'or noir du Dakota du Nord, un des principaux pôles de production de gaz et de pétrole de schiste aux États-Unis, vers un centre de distribution dans l'Illinois.

La tribu de Standing Rock, appuyée par les sioux de la tribu Cheyenne River, a déposé il y a deux semaines devant un tribunal fédéral une demande pour faire cesser la construction de l'oléoduc, affirmant que ses droits constitutionnels seraient violés si la mise en place du pipeline se poursuivait.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer