Washington appelé à dédommager les descendants d'esclaves

Des chaînes d'esclave sont exposées au Musée national... (photo Kevin Lamarque, REUTERS)

Agrandir

Des chaînes d'esclave sont exposées au Musée national de l'Histoire et de la Culture afro-américaines à Washington. Le musée a officiellement ouvert ses portes le 24 septembre.

photo Kevin Lamarque, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
GENÈVE

Les États-Unis devraient dédommager les descendants d'esclaves noirs américains, estiment des experts de l'ONU qui déplorent que le pays n'ait pas encore réglé son passé marqué par le « terrorisme racial ».

Les Noirs aux États-Unis traversent une « crise des droits de l'homme », estime ce groupe de travail de l'ONU alors que la question raciale occupe une place centrale dans la campagne présidentielle américaine.

Ce malaise est en grande partie alimenté par l'impunité dont jouit la police avec la multiplication de cas d'Afro-Américains - parfois sans arme - abattus par les forces de l'ordre à travers le pays, relèvent ces experts dans un rapport présenté lundi au Conseil de droits de l'homme de l'ONU à Genève.

Ces homicides et « le traumatisme qu'ils ont créé évoquent les lynchages commis dans le passé ».

Pour régler les raisons profondes des tensions raciales aux États-Unis, les experts estiment que le pays doit s'attaquer à l'héritage irrésolu « de l'histoire coloniale, de l'esclavage, de la subordination et de la ségrégation raciales, du terrorisme racial et des inégalités raciales ».

« Il n'y a pas eu de réel engagement pour dédommager et apporter la vérité et la réconciliation aux descendants des Africains », disent les experts.

Une statue de la pionnière Clara Brown, qui... (Photo Susan Walsh, AP) - image 2.0

Agrandir

Une statue de la pionnière Clara Brown, qui est née esclave en Virginie aux environs de l'année 1800 est vue au Musée national de l'Histoire et de la Culture afro-américaines à Washington. Une fois affranchie après la mort de son propriétaire en 1856, Mme Brown est partie vivre au Colorado, État dans lequel elle a fondé une lucrative entreprise de blanchisserie.

Photo Susan Walsh, AP

Le président du groupe de travail, Ricardo A. Sunga, a présenté aux journalistes plusieurs formes de réparations qui pourraient être faites aux États-Unis, notamment « des éléments d'excuses » ou une forme d'« allègement de dette » pour les descendants d'esclaves.

Interrogé sur les déclarations à connotation raciale du candidat républicain Donald Trump, M. Sunga a fait part de son inquiétude sur les « discours de haine, la xénophobie et l'afrophobie » qui sont « en hausse ».

M. Trump et son équipe ont toutefois rejeté durant la campagne toute accusation de racisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer