Le FBI sommé de révéler comment il a débloqué l'iPhone du tueur de San Bernardino

Syed Rizwan Farook et sa femme, Tashfeen Malik,... (PHOTO archives AP)

Agrandir

Syed Rizwan Farook et sa femme, Tashfeen Malik, avaient tué 14 personnes en décembre dernier à San Bernardino, en Californie.

PHOTO archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Plusieurs organes de presse américains ont assigné vendredi en justice le FBI (police fédérale), en exigeant qu'il révèle comment il est parvenu, au terme d'un intense bras de fer avec Apple, à débloquer l'iPhone de l'auteur d'un attentat.

L'agence Associated Press, le propriétaire du journal USA Today et Vice Media espèrent ainsi en savoir davantage sur la mystérieuse transaction qui a permis aux enquêteurs fédéraux d'acheter le moyen extrêmement sophistiqué d'accéder au téléphone de Syed Farook, qui avec sa femme a tué 14 personnes en décembre dernier à San Bernardino (Californie).

« Il est crucial pour le public de savoir combien le FBI a jugé bon de dépenser pour cet outil, ainsi que de connaître l'identité et la réputation du vendeur », souligne l'assignation déposée devant un tribunal de Washington et consultée par l'AFP.

Les autorités américaines et Apple s'étaient livré un âpre combat juridique en février et mars autour de l'iPhone de Farook, relançant par la même occasion un débat national sur le cryptage des communications et la protection de la vie privée.

Les policiers exigeaient de pouvoir accéder au contenu de l'iPhone 5c de l'assaillant de San Bernardino, pour déterminer ses liens éventuels avec le groupe État islamique.

Apple assurait de son côté qu'une telle « porte dérobée » n'existait pas et que sa création mettrait en péril la protection des données de centaines de millions d'utilisateurs d'iPhone.

Après plusieurs semaines de bras de fer judiciaire et médiatique avec la marque à la pomme, le FBI a finalement annoncé fin mars avoir pu débloquer l'iPhone sans l'aide d'Apple, grâce à l'aide d'un tiers dont l'identité n'a pas été divulguée.

La police fédérale a ensuite refusé de révéler la méthode utilisée, y compris à Apple.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer