Washington et Pékin assurent vouloir coopérer malgré les tensions

Le secrétaire d'État américain John Kerry et le... (Photo AP)

Agrandir

Le secrétaire d'État américain John Kerry et le président Xi Jinping.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nicolas REVISE, Benjamin CARLSON
Agence France-Presse
Pékin

Les États-Unis et la Chine ont assuré lundi vouloir travailler en «partenaires» plutôt qu'en «rivaux», lors de leur face-à-face annuel diplomatique et économique, sous forte tension cette année en raison d'une poussée de fièvre en mer de Chine méridionale.

Les deux premières puissances mondiales sont réunies lundi et mardi à Pékin pour leur «8e Dialogue stratégique et économique», en pleine mutation de la région Asie-Pacifique: l'administration du président Barack Obama a fait de cette zone la priorité de sa politique étrangère, suivant le fameux «pivot» ou «rééquilibrage» de l'Amérique vers l'Asie, où la Chine est de plus en plus influente.

Le président Xi Jinping a plaidé d'entrée pour que «la vaste (région) du Pacifique soit un espace de coopération et non pas de compétition». Il a réclamé que «les États-Unis et la Chine renforcent leur confiance réciproque».

Le secrétaire d'État américain John Kerry, accompagné du secrétaire au Trésor Jacob Lew, lui a répondu: «C'est à nous, l'Amérique et la Chine, à faire en sorte d'être plus des partenaires que des rivaux».

Mais les deux mastodontes, concurrents manifestes en Asie-Pacifique, avaient eu dimanche des échanges acrimonieux à propos des contentieux territoriaux en mer de Chine méridionale qui opposent Pékin à ses voisins d'Asie du Sud-est et empoisonnent toute la région.

«Provocations»

Washington et Pékin s'étaient accusés de «provocations».

L'ambiance était un peu plus diplomatique et polie au premier jour du Dialogue lundi. Les États-Unis se sont gardés de montrer du doigt nommément leur hôte chinois. M. Kerry s'est contenté d'«exhorter toutes les nations à trouver une solution diplomatique» et d'éviter les actions «unilatérales» dans la crise en mer de Chine méridionale.

Pour sa part, Xi Jinping a estimé que «certaines querelles pourraient ne pas se résoudre pour le moment», tout en appelant à approche «pragmatique et constructive» à leur égard.

Cette montée des tensions s'explique par l'imminence d'une décision juridique très attendue de la Cour permanente d'arbitrage de la Haye saisie par les Philippines face à la Chine.

Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, où ses travaux d'infrastructures et de remblaiements sur des îlots contestés provoquent la colère des États riverains, le Vietnam, les Philippines, Brunei et la Malaisie.

À Oulan-Bator dimanche, John Kerry avait tonné contre la «militarisation» de cette zone maritime riche en ressources et cruciale pour le commerce mondial. Pékin lui avait rétorqué que «les pays extérieurs devraient jouer un rôle constructif à ce sujet, pas l'inverse».

Même si les États-Unis se targuent de «ne pas prendre position» dans les contentieux en mer de Chine, ils défendent bec et ongles la liberté de navigation dans ces eaux stratégiques. Washington a même envoyé des navires de guerre croiser à proximité d'îles contrôlées par Pékin.

«Nous restons inquiets. Les tensions en mer de Chine méridionale sont plus élevées qu'il y a un an» lors du Dialogue États-Unis/Chine en 2015, a confié à l'AFP un diplomate américain.

Droits de l'homme et acier

Le menu de l'édition 2016 est tout aussi chargé.

Mer de Chine, Corée du Nord, Taïwan, changement climatique, cybersécurité, terrorisme, droits de l'homme, niveau du yuan, échanges commerciaux et coopération économique: la liste des sujets de discussion -- controversés ou consensuels -- est loin d'être exhaustive entre, côté américain, MM. Kerry et Lew et, côté chinois, le vice-premier ministre Wang Yang et le conseiller d'État Yang Jiechi, qui a la main sur la politique étrangère.

Évoquant le casse-tête de la Corée du Nord, le chef de la diplomatie américaine a jugé «impératif» de «maintenir la pression» internationale sur Pyongyang pour contrecarrer ses programmes nucléaire et balistique.

John Kerry a vanté la collaboration des deux premières puissances mondiales contre le régime communiste, dont les activités militaires ont été condamnées à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU. Donc avec la voix de Pékin, allié de Pyongyang.

Washington et Pékin ont aussi abordé d'autres sujets qui fâchent: John Kerry a égratigné Yang Jiechi sur «nos différences en matière de droits de l'homme, de traite des humains et d'application de la loi», des vieilles pommes de discorde entre les deux pays aux systèmes politiques antagoniques.

Au plan économique, M. Lew a sonné la charge contre la Chine, numéro un mondial de l'acier, en l'exhortant à réduire les surcapacités de ses aciéries, qui «faussent et nuisent» au marché mondial de ce métal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer