Obama se verrait sculpté sur le mont Rushmore

Quatre illustres présidents américains sont sculptés sur le... (Photo archives AP)

Agrandir

Quatre illustres présidents américains sont sculptés sur le mont Rushmore (photo de 1986).

Photo archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Barack Obama verrait bien son visage sculpté sur le célèbre mont Rushmore, où sont déjà représentés quatre illustres présidents américains, mais a conscience qu'il s'agit d'un «espace assez exclusif», a-t-il plaisanté dans un entretien accordé à l'humoriste Jerry Seinfeld.

«Quelle serait la commémoration la plus cool» du président Obama, lui demande le héros de la série «Seinfeld» dans son émission «Comedians in cars getting coffee», diffusée directement sur le site éponyme.

«Rushmore serait intéressant, mais c'est un espace assez exclusif», répond le 44e président des États-Unis.

Entre 1927 et 1941, le sculpteur Gutzon Borglum a travaillé une face rocheuse du massif des Black Hills dans le Dakota du Sud et sculpté les visages de George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln et Theodore Roosevelt.

L'ensemble mesure 18 mètres de haut et est devenu une destination touristique importante aux États-Unis, avec près de trois millions de visiteurs par an, selon le service américain des parcs nationaux.

Au fil des questions de Jerry Seinfeld, Barack Obama évoque également sa passion pour les «nachos» ou ses grandes oreilles qui, selon lui, expliquent en partie sa popularité chez les jeunes enfants («j'ai l'air d'un personnage de dessin animé»).

Ordinairement, Jerry Seinfeld s'entretient avec des humoristes assis à ses côtés tandis qu'il conduit une voiture de rêve ou un modèle original.

Mais dans le cas du président, un vigile refuse à l'humoriste la possibilité de quitter la Maison-Blanche avec Barack Obama au volant d'une Corvette Stingray de 1963.

Les deux hommes font donc des tours dans les jardins de la Maison-Blanche, avant d'aller prendre un café à la cafétéria.

Barack Obama invite Jerry Seinfeld dans son propre véhicule de fonction. «Je peux appeler un sous-marin nucléaire d'ici», dit-il, désignant un téléphone placé entre les deux sièges arrières. «Je parie que vous n'avez pas ça», glisse-t-il dans un sourire.

En fin d'émission est diffusée une séquence montrant l'équipe présidentielle préparant la première scène, qui voit Jerry Seinfeld sortir des buissons derrière le célèbre Bureau ovale et toquer à la fenêtre.

«Harry, ne lui tirez pas dessus», dit Barack Obama à l'un des agents chargés de sa sécurité. «C'est un type très drôle. Tout le monde l'aime. Je descendrais dans les sondages si vous faisiez du mal à Jerry Seinfeld.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer