Suicide confirmé après la mort controversée d'une Afro-Américaine en détention

Des traces de marijuana ont été retrouvées dans... (PHOTO AFP)

Agrandir

Des traces de marijuana ont été retrouvées dans son organisme, ainsi qu'une trentaine de marques de coupures sur son poignet gauche, qui semblaient dater d'environ deux à quatre semaines, ont indiqué les enquêteurs, photographies à l'appui.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
CHICAGO

Une jeune femme noire retrouvée morte après son placement en détention au Texas s'est bien suicidée, comme l'avaient affirmé les autorités, selon un rapport d'autopsie présenté jeudi par le bureau du procureur.

Sandra Bland, 28 ans, a été retrouvée pendue le 13 juillet dans sa cellule dans le comté de Waller, trois jours après avoir été arrêtée au volant par un policier parce qu'elle n'avait pas mis son clignotant pour changer de voie. Le ton était vite monté et la jeune femme avait été placée en détention.

Les circonstances du décès ont déclenché une vive polémique en plein débat aux États-Unis sur l'usage excessif de la force par la police, après plusieurs bavures policières ayant entraîné la mort d'hommes noirs non armés tués par des policiers blancs.

Les indices tirés de l'autopsie de la jeune femme «sont compatibles avec un suicide», a déclaré jeudi à la presse le procureur adjoint du comté de Waller, Warren Diepraam.

«Je n'ai vu aucun indice indiquant qu'il s'agisse d'un homicide», a-t-il souligné, précisant que l'autopsie n'avait pas détecté de blessures graves datant de son arrestation ou de sa détention.

La famille de Sandra Bland avait rejeté les déclarations des autorités qui avaient affirmé qu'il s'agissait d'un suicide, assurant que la jeune femme était heureuse de commencer un nouveau travail et n'avait aucune raison de se tuer.

Des traces de marijuana ont été retrouvées dans son organisme, ainsi qu'une trentaine de marques de coupures sur son poignet gauche, qui semblaient dater d'environ deux à quatre semaines, ont indiqué les enquêteurs, photographies à l'appui.

Sandra Bland avait indiqué lors de son placement en détention avoir déjà tenté de se suicider, mais n'avait pas été placée sous surveillance spéciale, a précisé Warren Diepraam.

Sous le choc de son arrestation, la jeune femme s'était confiée dans un message laissé sur le répondeur d'une personne de son entourage: «Franchement, je ne trouve pas encore les mots pour décrire toute cette histoire», disait-elle sur l'enregistrement obtenu par une filiale de la chaîne ABC.

«Comment changer de voie sans mettre le clignotant a pu déboucher sur tout ça?», s'interrogeait-elle.

Les autorités texanes avaient publié mardi des images filmées par la caméra embarquée du véhicule de police montrant l'arrestation de Sandra Bland par un policier blanc, qui a été suspendu.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer