Évasion dans l'État de New York: dixième jour de cavale

Aucun effort n'est épargné pour retrouver les deux... (PHOTO MIKE GROLL, AP)

Agrandir

Aucun effort n'est épargné pour retrouver les deux fugitifs en cavales depuis dix jours. Des membres des forces de l'ordre utilisent un hélicoptère pour survoler une zone boisée près de la rivière Saranac, le 14 juin.

PHOTO MIKE GROLL, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte DUSSEAU
Agence France-Presse
NEW YORK

Deux meurtriers en cavale depuis dix jours sont restés introuvables lundi, alors qu'émergeaient de nouveaux détails sur leur évasion spectaculaire, avec scie et burins, de la prison de Dannemora, dans le nord de l'État de New York.

Joyce Mitchell... (PHOTO MIKE GROLL, ARCHIVES AP) - image 1.0

Agrandir

Joyce Mitchell

PHOTO MIKE GROLL, ARCHIVES AP

Une femme de 51 ans, travaillant à la prison de haute sécurité et accusée de les avoir aidés, Joyce Mitchell, a brièvement comparu devant un juge.

Portant un gilet pare-balles et une tenue rayée de prisonnier, elle est restée tête baissée, visiblement effrayée. Elle est notamment accusée de leur avoir fourni des lames de scie et des burins.

Le gouverneur de l'État de New York Andrew Cuomo a ordonné une enquête approfondie sur «tous les facteurs» ayant permis l'évasion de David Sweat, 35 ans, et Richard Matt, 49 ans, tous les deux condamnés pour meurtre.

En dépit de recherches impliquant des centaines de policiers locaux et fédéraux ainsi que des gardes forestiers et d'autres personnels, appuyés par des hélicoptères, et de près d'un millier de pistes, rien n'a permis leur arrestation.

«Nous ne savons pas s'ils sont toujours dans le secteur, ou au Mexique», avait reconnu dimanche le gouverneur Cuomo.

«Capturer ces tueurs et les remettre en prison reste notre priorité absolue, mais il est extrêmement important d'examiner les circonstances qui ont permis à ces détenus de s'échapper en premier lieu», a déclaré le gouverneur dans un communiqué.

Boîte à outils 

La prison de haute sécurité de Clinton où ils étaient détenus, dans le village de Dannemora, est située à 37 km de la frontière canadienne.

Les deux hommes s'étaient enfuis le 6 juin à l'aube, après avoir découpé les murs d'acier de leurs cellules, et emprunté des tunnels de canalisations, refaisant surface via une bouche d'égout.

Ils avaient apparemment répété leur évasion.

Joyce Mitchell, qui travaillait dans l'atelier de façonnage les employant à l'intérieur de la prison, leur avait fourni lames de scie et burins. Les deux hommes avaient aussi eu accès à une boîte à outils, en raison de travaux dans la prison, selon le procureur local Andrew Wylie.

Mme Mitchell, qui aurait été charmée par Richard Matt, était au courant de leur progression, selon le procureur, et aurait dû les retrouver avec une voiture pour les conduire à une destination à 7 heures de là. Mais cette mère de famille s'était ravisée au dernier moment, car «elle aimait son mari», qui travaillait aussi à la prison, et ne voulait pas ruiner sa vie, a déclaré le procureur sur CNN.

Elle s'était rendue à la place dans un hôpital, souffrant d'une crise de panique.

«Elle avait discuté (avec les fugitifs) de ce voyage de sept heures mais n'avait reçu aucune destination», a précisé le procureur.

Il s'est refusé à confirmer des informations selon lesquelles les deux hommes et elle auraient prévu de tuer son mari, Lyle Mitchell.

Les recherches restent concentrées près de la ville proche de Plattsburgh.

C'est là qu'a comparu Mme Mitchell, accusée de «promouvoir la contrebande en prison» et de «facilitation criminelle». Elle risque sept ans de prison. Lors de l'audience, purement technique, son dossier a été formellement transféré du tribunal municipal à celui du comté.

«Nous avons une tolérance zéro pour toute personne qui a aidé ou encouragé ces criminels, peu importe la gravité de leur rôle: tout individu reconnu coupable d'avoir aidé à cette évasion sera poursuivi dans toute la mesure de la loi», a déclaré le gouverneur Cuomo.

Une récompense de 100 000 dollars a été offerte pour toute information permettant l'arrestation des deux hommes.

La population a été priée d'appeler immédiatement la police si elle voyait quelque chose de suspect.

Richard Matt avait été condamné à une peine de 25 ans de prison pouvant aller jusqu'à la perpétuité, pour avoir enlevé et démembré son ancien patron en 1997. Il s'était enfui au Mexique après le meurtre, et y avait tué un autre Américain.

David Sweat avait été condamné à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération pour avoir tué un shérif-adjoint en 2002 dans l'État de New York.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer