Émeutes à Saint-Louis à la suite de la mort d'un jeune Noir tué par la police

Un manifestant fait face aux policiers anti-émeute, à... (PHOTO JEFF ROBERSON, AP)

Agrandir

Un manifestant fait face aux policiers anti-émeute, à Shaw, dans le sud Saint-Louis, le 9 octobre.

PHOTO JEFF ROBERSON, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Des manifestants furieux de la mort d'un adolescent afro-américain de 18 ans tombé mercredi soir sous les balles de la police ont confronté pour la seconde nuit les policiers de Saint-Louis, lors de heurts survenus dans le sud de la ville, alors que plusieurs voix ont accusé les forces de l'ordre de la ville du Missouri de profilage racial, appelant à une enquête fédérale, à un week-end de manifestations et à la désobéissance civile.

Au moins un policier a été blessé alors que la violence a éclaté à la suite d'une vigile religieuse alors qu'une centaine de personnes s'était regroupée dans le quartier de Shaw, dans le sud de Saint-Louis, pour prier à la mémoire de Vonderitt Myers Jr, ce jeune homme de 18 ans abattu mercredi soir par un policier qui n'était pas en service qui aurait tiré 17 balles en direction de l'adolescent, après que ce dernier eut ouvert le feu dans sa direction, selon la version de la police. Des proches du jeune homme ont quant à eux affirmé qu'il n'était pas armé.

Des leaders du Missouri et de Saint-Louis appellent le Département de la Justice à enquêter sur la mort de Vonderitt D. Myers, tué dans le quartier Shaw, tard mercredi, suspectant qu'il ait été pris pour cible parce qu'il était noir. La police de Saint-Louis affirme que le policier blanc qui a tué Myers a agi en légitime défense répondant aux coups de feu tirés par l'adolescent, mais les parents de la victime soutiennent qu'il n'était pas armé. «Ce cas en est un de profilage racial qui a tourné fatalement», a affirmé la sénatrice d'État Jamilah Nasheed, un démocrate de Saint-Louis, lors d'une conférence de presse jeudi. 

L'affaire n'est pas sans rappeler la mort du jeune Noir Michael Brown, tué d'au moins six balles par Darren Wilson, un policier blanc de Ferguson, le 9 août, alors que l'adolescent n'était pas armé. Un drame qui avait été suivi par plusieurs nuits d'émeutes dans cette petite banlieue de Saint-Louis à majorité afro-américaine et qui avait fait ressurgir au niveau national le spectre du racisme.

-Avec Associated Press et le St. Louis Post-Dispatch

Plus de détails suivront.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer