Jeune Noir abattu par la police: Obama appelle au calme

Les récits sur les circonstances du décès du... (Photo AFP)

Agrandir

Les récits sur les circonstances du décès du jeune garçon diffèrent.

Photo AFP

Agence France-Presse
MARTHA'S VINEYARD

Le président américain Barack Obama a appelé mardi à l'apaisement et au dialogue après la mort d'un jeune Noir tué par un policier à Ferguson (Missouri) dans des circonstances controversées qui a provoqué des émeutes dans la nuit de dimanche à lundi.

«La mort de Michael Brown est douloureuse et Michelle et moi-même faisons part de nos sincères condoléances à sa famille et sa communauté», indique M. Obama dans un communiqué, rappelant que le FBI a lancé enquête fédérale, en parallèle de celle menée par la police locale, pour faire la lumière sur l'incident.

Reconnaissant que «les événements de ces derniers jours ont déchainé les passions», le président appelle au dialogue et à la compréhension. «Nous devrions nous réconforter et parler ensemble de façon apaisante et non blessante», indique-t-il.

Des émeutes ont éclaté et des magasins ont été pillés dans la nuit de dimanche à lundi à Ferguson, ville de la banlieue de Saint-Louis, au lendemain de la mort du jeune homme de 18 ans. Deux policiers ont été blessés et 32 personnes interpellées pour le pillage de 12 magasins.

Les récits sur les circonstances du décès du jeune garçon diffèrent. Selon un témoin, Michael Brown marchait dans la rue quand un agent de police s'en est pris à lui et a tiré sur l'adolescent, qui avait les mains en l'air. Selon la police, Michael Brown a été tué après avoir agressé un policier et tenté de lui dérober son arme.

La mort de Michael Brown est «de nouveau la mort absurde d'une personne de couleur», a estimé l'avocat de la famille Benjamin Crump. Ce dernier était l'avocat de la famille de Trayvon Martin, un jeune Noir abattu en 2012 par un vigile de quartier en Floride, dont la mort avait relancé le débat aux États-Unis sur le racisme et les lois encadrant la légitime défense.

Le vigile, George Zimmerman, qui a reconnu avoir tué le jeune homme âgé de 17 ans, a été acquitté après avoir plaidé la légitime défense.

Une semaine après cet acquittement qui avait provoqué une vive émotion, M. Obama s'était longuement exprimé. Tout en se gardant de critiquer le verdict, il avait évoqué la «douleur» provoquée par cette décision au sein de la communauté noire et exprimé sa propre émotion.

«Lorsque Trayvon Martin a été abattu, j'ai dit qu'il aurait pu être mon fils. Une autre façon de le dire, c'est qu'il y a 35 ans, j'aurais pu être Trayvon Martin», avait-il lancé.

Le policier n'est pas identifié en raison de menaces

Le chef de la police de Ferguson a dit mardi que l'identité du policier ne serait pas divulguée publiquement en raison de menaces de mort à son endroit.

Tom Jackson a dit avoir d'abord prévu révéler son identité, avant de changer d'avis à la suite de menaces par téléphone au poste de police et à l'hôtel-de-ville, ainsi que sur les réseaux sociaux. L'agent a été placé en congé autorisé durant l'enquête sur la mort du jeune Michael Brown, âgé de 18 ans.

M. Jackson n'a pas fourni de détails, mais a affirmé que la décision avait été prise à la suite d'une série de menaces de mort contre le policier concerné et d'autres policiers.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer