Porto Rico au coeur de la Grosse Pomme

  • Plusieurs murales d’artistes latinos ont été peintes dans l’El Barrio.  Une initiative du El Museo del Barrio.  Cette murale a été réalisée par RIM X. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Plusieurs murales d’artistes latinos ont été peintes dans l’El Barrio. Une initiative du El Museo del Barrio. Cette murale a été réalisée par RIM X.

    Photo David Boily, La Presse

  • 1 / 5
  • Spanish Harlem, aussi connu sous le nom d’El Barrio, est le centre de la communauté latino à New York. Le petit magasin de musique El Barrio Music Center vend encore des cassettes de musique latino sur le trottoir. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Spanish Harlem, aussi connu sous le nom d’El Barrio, est le centre de la communauté latino à New York. Le petit magasin de musique El Barrio Music Center vend encore des cassettes de musique latino sur le trottoir.

    Photo David Boily, La Presse

  • 2 / 5
  • Ce quartier qui compte une majorité de résidants portoricains s’étend de la 96e à la 125e Rue à l’est de Central Park. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Ce quartier qui compte une majorité de résidants portoricains s’étend de la 96e à la 125e Rue à l’est de Central Park.

    Photo David Boily, La Presse

  • 3 / 5
  • La plupart des affiches et publicités sont uniquement en espagnol dans ce quartier. Une occasion idéale de pratiquer cette langue. (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    La plupart des affiches et publicités sont uniquement en espagnol dans ce quartier. Une occasion idéale de pratiquer cette langue.

    Photo David Boily, La Presse

  • 4 / 5
  •  (Photo David Boily, La Presse)

    Plein écran

    Photo David Boily, La Presse

  • 5 / 5

Porto Rico fait partie des États-Unis, mais abrite une société distincte où la culture et la musique ont un fort caractère latin. Au point que le quartier new-yorkais où beaucoup d'entre eux se sont installés s'appelle aujourd'hui «El Barrio».

El Barrio, en espagnol, veut généralement dire quartier populaire. Il s'agit également du nom donné à une partie de Manhattan, située entre la 96e et la 125e Rue à l'est de Central Park, où la majorité des résidants sont Portoricains.

Des drapeaux aux couleurs de Porto Rico, des magasins, des restaurants, des rythmes de salsa. Voilà ce qui frappe l'oeil (et l'oreille) lorsqu'on débarque dans ce territoire latino, également appelé «Spanish Harlem». Et si on s'y attarde un peu, on découvrira, au détour d'une rue, d'immenses murales colorées. Depuis quelques années, l'art est au coeur du développement de ce quartier aux saveurs latines.

Et pour le découvrir, rien de mieux qu'un circuit artistique prenant des airs de chasse aux trésors. La découverte du quartier commence par une visite au Museo del Barrio, où, à travers différentes expositions, on présente les oeuvres d'artistes portoricains et latino-américains. Ceux-ci abordent tant des sujets d'actualité - comme une porte dans le désert pour illustrer la frontière entre les États-Unis et le Mexique - que des pans de l'histoire des peuples qui ont bâti l'Amérique.

Et c'est ce même musée, fondé en 1969 par des ar-tistes et des militants portoricains, qui a organisé un vaste événement appelé Los muros hablan («les murs parlent») afin de redonner vie aux murs du quartier. Pour admirer ces immenses toiles peintes sur le béton ou la brique, il faut littéralement prendre le temps de baguenauder dans Spanish Harlem, tout en suivant la carte préparée par le musée.

En ouvrant l'oeil et en relevant la tête, à l'angle de la 100e Rue et de la 1re Avenue, sur le côté d'un édifice quelconque, on aperçoit une immense murale représentant une femme d'origine latine se trouvant sous le World Trade Center et tenant un enfant dans ses bras.

Plus au nord, sur la 3Avenue, une immense guêpe blanche apparaît sur fond bleu. La visite se poursuit ainsi à sept emplacements différents dans le quartier. La balade permet de s'arrêter dans des magasins de disques, histoire d'acheter de vieux classiques de la salsa de Porto Rico. Si vous êtes chanceux, vous apercevrez, dans l'une des nombreuses vitrines, des élèves d'une école de danse répétant leurs pas de salsa.

Ceux qui veulent parfaire leur espagnol devraient également faire une halte à la librairie Casa Azul, ainsi désignée en référence à la résidence habitée par la célèbre artiste-peintre mexicaine Frida Kahlo. 

La façade colorée donne envie d'entrer dans la boutique située sous le sol. On y retrouve un peu de tout: livres pour enfants, biographies, guides de voyage et dictionnaires pour apprendre la langue de Cervantès. On y vend aussi des livres en anglais.

Après une journée passée à se promener, rien de mieux que de s'asseoir dans un endroit sympathique pour prendre un verre et casser la croûte. Notre restaurant préféré? Camaradas, à l'angle des 1re Avenue et 115e Rue. Les boiseries, la musique latine, le personnel souriant; tout donne envie de s'y réfugier pendant quelques heures. 

Histoire de bien finir ce périple en «terre portoricaine», il faut commander un verre de sangria, accompagné de différentes entrées à partager: empanadas, yucas frites, tostones. Chaque soir, des groupes de musique viennent s'y produire. Rien de mieux que quelques pas de danse pour dire «adios» au Barrio!

Info : losmuroshablannyc.com

Où manger?

Saveurs portoricaines

Camaradas el Barrio

2242, 1re Avenue 

(à l'angle de la 115Rue), Manhattan

camaradaselbarrio.com

Sofrito

400, 57Rue Est 

(à l'extérieur du Barrio), Manhattan

sofritony.com

Saveurs mexicaines

El Paso

1643, Lexington Avenue

elpasony.com




À découvrir sur LaPresse.ca

  • La petite Havane de Miami

    États-Unis

    La petite Havane de Miami

    Doit-on l'appeler la Little Havana ou la Pequeña Habana? Ce quartier de Miami qui a accueilli plusieurs milliers de Cubains à partir de 1959 est... »

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer