Un possible débris du MH370 sur une île de l'océan Indien

Un débris qui pourrait appartenir au vol MH370... (PHOTO NEELS KRUGER, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Un débris qui pourrait appartenir au vol MH370 découvert près du Mozambique.

PHOTO NEELS KRUGER, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Agence France-Presse
Sydney

Le ministre australien des Transports a annoncé dimanche qu'un nouveau débris trouvé sur l'île Rodrigues, qui dépend de Maurice, dans l'océan Indien, allait être examiné pour déterminer s'il appartient au vol MH370 disparu il y a deux ans.

Cet objet a été découvert par un couple de touristes sur l'île Rodrigues, l'une des trois îles de l'archipel des Mascareignes, qui fait partie de la République de Maurice, selon le site d'information australien news.com.au, qui cite le site web de la Réunion Clicanoo.

Le Boeing 777 de la compagnie malaisienne Malaysa Airlines a disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord, peu après avoir décollé de Kuala Lumpur à destination de Pékin.

«Le gouvernement malaisien travaille avec des responsables de Maurice pour obtenir la garde de ce débris et faire en sorte qu'il puisse l'examiner», a déclaré le ministre australien, Darren Chester.

«Ce débris est un élément intéressant, mais tant qu'il n'a pas été examiné par des experts il n'est pas possible d'affirmer son origine», a souligné M. Chester.

La nouvelle découverte intervient moins de deux semaines après l'annonce par les autorités australiennes et malaisiennes que deux débris trouvés sur la côte du Mozambique provenaient «presque certainement du MH370».

Des responsables sud-africains ont aussi déclaré en mars qu'un fragment trouvé près de Mossel Bay, une petite ville de la province sud-africaine du Cap Occidental, allait être analysé pour déterminer s'il pourrait provenir de l'avion disparu.

Pour le moment, un fragment d'aile retrouvé en juillet 2015 sur l'île française de La Réunion, dans l'océan Indien, et appartenant selon les autorités malaisiennes et la justice française au MH370, est la seule preuve que l'avion s'est écrasé. Mais cet élément n'a apporté aucune réponse sur les circonstances de la disparition de l'appareil.

C'est l'Australie qui dirige les recherches pour tenter de retrouver l'épave. Selon M. Chester, les autorités australiennes «continuent à espérer que l'avion sera découvert».

Plus de 95 000 kilomètres carrés, sur une zone de recherches de 120 000 kilomètres carrés au total, ont déjà été explorés sans que le site de l'écrasement soit découvert.

L'Australie, la Chine et la Malaisie ont annoncé qu'elles mettraient fin aux opérations lorsque la zone de recherches aura été entièrement explorée, sauf si de nouveaux éléments d'information devaient apparaître.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer