Nouvel équipement requis pour les recherches du MH370

Le Bluefin-21 avait été immergé à l'endroit où... (PHOTO GREG WOOD, AFP)

Agrandir

Le Bluefin-21 avait été immergé à l'endroit où un sonar hydrophone avait repéré des ultrasons provenant vraisemblablement des boîtes noires du Boeing, sans être cependant capable de localiser l'épave.

PHOTO GREG WOOD, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vol MH370

International

Vol MH370

Disparu des radars en mars 2014 avec 239 personnes à bord, le vol MH370 de Malaysia Airlines parti de Kuala Lumpur pour Pékin ne s'est jamais rendu dans la capitale chinoise. Ayant changé son plan de vol et mis le cap vers l'ouest, le Boeing 777, dont on n'a toujours aucune trace, se serait abîmé dans l'océan Indien, selon les autorités malaisiennes. »

Agence France-Presse
CANBERRA, Australie

L'Australie, la Chine et la Malaisie, qui dirigent les opérations de recherche depuis la disparition du vol MH370, vont prochainement lancer des appels d'offres pour acquérir des équipements d'exploration sous-marine, ont-elles annoncé lundi.

Les recherches pour retrouver le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu le 8 mars avec 239 passagers et membres d'équipage sont entrées dans une nouvelle phase avec l'arrêt des opérations aériennes et navales, infructueuses, dans le sud de l'océan Indien.

Elles doivent se poursuivre sous la surface, mais des équipements performants sont indispensables.

L'Australie a accueilli lundi une réunion à Canberra avec les ministres des Transports de Malaisie et de Chine pour établir les priorités dans les mois à venir.

La Chine est très impliquée, car deux tiers des personnes à bord du MH370 étaient chinoises.

Les opérations sous-marines, à des centaines de kilomètres des côtes occidentales de l'Australie et plusieurs kilomètres de profondeur, vont prendre beaucoup de temps, a admis le vice-premier ministre australien Warren Truss.

Il faudra entre un et deux mois pour obtenir l'équipement nécessaire après les appels d'offres, selon lui.

D'ici là, un robot déjà utilisé dans les opérations continuera d'explorer les fonds marins. Le Bluefin-21 avait été immergé à l'endroit où un sonar hydrophone avait repéré des ultrasons provenant vraisemblablement des boîtes noires du Boeing, sans être cependant capable de localiser l'épave.

À partir de mercredi, des experts internationaux se pencheront de nouveau sur les images satellite et toutes les données disponibles pour tenter d'affiner les calculs de position de l'avion.

«Nous ne savons pas quand (l'avion) sera retrouvé. Nous espérons toujours que ce sera le jour suivant», a déclaré le ministre australien. «Mais pour l'heure, toutes nos meilleures pistes (...) se sont révélées vaines», a-t-il reconnu.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer