Espérer guérir de l'Ebola avec les anticorps d'un survivant

L'infirmière américaine infectée par le virus Ebola a reçu lundi une... (PHOTO JAIME R. CARRERO, REUTERS)

Agrandir

PHOTO JAIME R. CARRERO, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Virus Ebola

International

Virus Ebola

L'épidémie de fièvre hémorragique Ebola s'est déclarée au début de l'année 2014 en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone. Le virus mortel touche de plus en plus de personnes. »

L'infirmière américaine infectée par le virus Ebola a reçu lundi une transfusion de plasma sanguin provenant du médecin américain qui a vaincu le virus. En l'absence d'un médicament pour combattre Ebola, les autorités médicales espèrent que cette technique aidera la jeune femme à guérir, même si son efficacité n'est pas encore été prouvée. La Presse en a discuté avec le docteur Gilles Delage, microbiologiste et vice-président aux affaires médicales à Héma-Québec.

Comment ça fonctionne?

C'est dans le plasma sanguin que l'on retrouve les anticorps. L'idée est donc de transporter chez une personne infectée les anticorps développés par la personne guérie. «Il faut que ce soit quelqu'un qui est guéri, mais qui est encore convalescent, explique le Dr Delage, car c'est durant la convalescence que le taux d'anticorps est le plus haut.»

Puisque le virus Ebola agit très rapidement, la transfusion permet de gagner un temps précieux. «L'idée de donner le plasma, c'est que les anticorps sont préformés, ils sont déjà là. Quand une personne est infectée, développer les anticorps prend un certain temps, jusqu'à une semaine. C'est trop long.»

Pourquoi prendre uniquement le plasma?

On ne prend que le plasma, qui est la composante liquide du sang, car c'est lui qui contient les anticorps. «Il n'y a pas d'intérêt à donner les autres composantes [globules, plaquettes]. Si l'on ne pouvait pas séparer le plasma, on pourrait toujours donner le sang au complet, mais ça augmenterait les problèmes de compatibilité», explique le Dr Delage.

Ces problèmes sont d'ailleurs un obstacle dans les pays africains touchés par l'épidémie d'Ebola. «En Afrique, on ne peut pas séparer le plasma du sang partout, car la technologie n'est pas toujours présente.» N'empêche, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un guide à la fin de septembre pour encourager les autorités médicales à recourir à la technique de transfusion.

Est-ce efficace?

«Jusqu'à maintenant, c'est un traitement anecdotique, affirme le Dr Delage. Il a été réalisé sur une dizaine ou quinzaine de personnes dans le monde. Il n'a jamais été l'objet d'un essai clinique encadré, mais les données sont encourageantes dans la littérature médicale.»

L'Organisation mondiale de la santé rappelle que la thérapie par transfusion de plasma avait été utilisée lors de l'éclosion d'Ebola de 1995 en République démocratique du Congo. Huit patients infectés avaient reçu une transfusion de plasma prélevé chez des personnes récemment guéries. Sept d'entre eux avaient survécu, mais l'OMS reconnaît que rien ne permet de déterminer si le traitement a joué un rôle dans leur guérison.

Est-ce que ça pourrait être utilisé à plus grande échelle?

La question est très hypothétique, car des traitements médicaux à l'efficacité mieux déterminée pourraient éventuellement être homologués, mais le Dr Delage se prête au jeu des hypothèses. «Admettons qu'on découvre un vaccin qui fonctionne, illustre-t-il, on pourrait envisager de recourir à des donneurs de plasma qui auraient reçu le vaccin et développé les anticorps.»

Ainsi, ces donneurs deviendraient ni plus ni moins que des fabriques d'anticorps qui pourraient être introduits dans le sang de victimes infectées avant même qu'elles ne développent les leurs, prenant ainsi de court le virus, mais le Dr Delage est réaliste: «On en a pour un bout de temps avant d'en arriver là.»

Explosion du nombre de cas prévue en décembre

L'épidémie de fièvre Ebola n'est pas près de se résorber. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu hier que le nombre de cas pourrait même exploser en décembre, en Afrique de l'Ouest. Et les autorités médicales disent encore manquer de moyens pour lutter contre le virus. Voici cinq nombres à retenir.

4447
Le nouveau bilan de l'épidémie d'Ebola dressé hier par l'OMS fait maintenant état de 4447 morts à l'échelle planétaire. L'immense majorité de ces cas se trouvent dans trois pays d'Afrique de l'Ouest: la Guinée-Conakry, la Sierra Leone et le Liberia. Au Nigeria, où aucun nouveau cas n'a été détecté depuis plus d'un mois, l'épidémie devrait être déclarée terminée lundi prochain.
10 000
Le nombre de nouvelles infections détectées chaque semaine pourrait atteindre de 5000 à 10 000 en décembre, en Afrique de l'Ouest. Actuellement, l'OMS y détecte 1000 nouveaux cas par semaine. L'organisation note un ralentissement de la progression dans les épicentres de l'épidémie, mais une augmentation exponentielle dans les capitales Conakry, Freetown et Monrovia.
70 %
Le taux de mortalité de cette épidémie d'Ebola peut atteindre 70% en Afrique de l'Ouest. Ce taux est pratiquement le même dans les trois pays les plus touchés. Il est cependant beaucoup plus élevé que le taux de létalité moyen d'Ebola, qui est historiquement d'environ 50%. Par le passé, ce taux a varié de 25 à 90% selon les flambées d'Ebola.
2700
Il faudra 2700 lits d'hôpitaux supplémentaires d'ici le 1er décembre pour soigner les victimes de la fièvre Ebola, ainsi que le personnel nécessaire pour les prendre en charge, selon la mission des Nations unies pour coordonner la réponse d'urgence à Ebola (UNMEER). À cela s'ajoutent aussi des laboratoires diagnostiques, des équipes pour traiter les corps des victimes, des véhicules et des équipements de protection.
28
millions
Le président et fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, et sa femme ont annoncé hier avoir fait un don de 28 millions de dollars (25 millions $US) aux Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) pour aider à combattre le virus Ebola. En comparaison, l'aide promise par le Canada atteint quelque 35 millions jusqu'à maintenant.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer