Moscou accuse Kiev de se préparer à «une nouvelle guerre»

Des soldats ukrainiens tirent une roquette en direction... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Des soldats ukrainiens tirent une roquette en direction des troupes séparatistes stationnées dans la république autoproclamée de Donetsk.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Consultez notre dossier sur la crise ukrainienne. »

Agence France-Presse
Moscou

La Russie a accusé jeudi les autorités ukrainiennes de se préparer à «une nouvelle guerre», après le vote en Ukraine d'une loi qualifiant d'«occupation temporaire russe» le conflit armé en cours depuis quatre ans dans l'Est du pays.

La loi, approuvée jeudi par 280 députés ukrainiens, dénonce une «agression armée russe» et qualifie de «territoires temporairement occupés» les républiques populaires autoproclamées de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR) dans l'est de l'Ukraine.

Le texte prévoit que l'armée ukrainienne prend désormais la direction des opérations dans la zone du conflit, qui était jusqu'alors confiée aux services de sécurité.

Avec l'adoption de cette loi, le président ukrainien Petro Porochenko «se dote de pouvoirs illimités proches de ceux d'un dictateur pour réprimer toute contestation», a estimé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

«On ne peut pas appeler ça autrement que des préparatifs pour une nouvelle guerre», souligne le communiqué, en mettant en garde contre une «escalade dangereuse» de la situation en Ukraine et des «conséquences imprévisibles pour la paix et la sécurité dans le monde».

«Kiev enterre ainsi les accords de Minsk et tous les mécanismes dont on dispose pour chercher des solutions mutuellement acceptables en vue de régler la crise ukrainienne», accuse la diplomatie russe.

Le conflit, qui a éclaté après la destitution du président prorusse Viktor Ianoukovitch à l'issue d'un mouvement de contestation pro-européen à Kiev et l'annexion par la Russie de la péninsule ukrainienne de Crimée, a fait plus de 10 000 morts depuis avril 2014.

Les accords de paix signés à Minsk en 2015 avec la médiation de la Russie, de la France et de l'Allemagne, ont permis une baisse d'intensité des combats, mais sans avancée vers un règlement politique du conflit.

Des heurts entre l'armée ukrainienne et les séparatistes se produisent régulièrement dans l'Est de l'Ukraine malgré de multiples trêves annoncées et presque aussitôt violées, les deux parties s'en rejetant mutuellement la responsabilité.

L'adoption par Kiev de cette nouvelle loi ««coïncide» par ailleurs de manière étonnante avec l'annonce par Washington de sa décision» fin décembre d'autoriser les livraisons d'armes létales à l'Ukraine, ajoute la diplomatie russe.

Les rebelles prorusses ont également critiqué le document.

Cette loi «contredit tous les accords de Minsk (...) et laisse les mains libres à la clique militaire ukrainienne», a déclaré à la presse le dirigeant de la DNR, Alexandre Zakhartchenko.

Pour sa part, le président ukrainien Petro Porochenko s'est félicité de l'adoption de la loi. «Nous allons continuer de paver la voie pour la réintégration des territoires ukrainiens occupés», a-t-il écrit sur Twitter.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer