Kerry accuse la Russie de «mentir droit dans les yeux»

John Kerry... (Photo: AP)

Agrandir

John Kerry

Photo: AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Le secrétaire d'État américain John Kerry a accusé mardi la Russie de «mentir droit dans les yeux» lorsqu'elle nie toute implication dans le conflit en Ukraine, une crise qui a gravement détérioré les relations entre Washington et Moscou.

«Le mouvement séparatiste (dans l'est de l'Ukraine) est selon nous une extension de facto de l'armée russe et un instrument de la puissance nationale russe», a accusé le chef de la diplomatie américaine devant une commission du Sénat.

Les États-Unis affirment depuis des mois que Moscou est militairement présent dans l'est ukrainien aux côtés de rebelles armés par les Russes, ce que ces derniers démentent.

Moscou «mène le plus manifeste et le plus important exercice de propagande depuis le plus fort de la Guerre froide», a jugé John Kerry, ajoutant que les dirigeants russes «mentaient droit dans les yeux à propos de ce qu'ils font là-bas» en Ukraine.

Interrogé par des parlementaires américains pour savoir si Moscou «mentait» en niant qu'il y ait des soldats et des armes russes dans l'est ukrainien, le chef de la diplomatie américaine a répondu «oui».

Mardi, la Russie, l'Ukraine, la France et l'Allemagne ont appelé au respect du cessez-le-feu et au retrait des armes lourdes dans l'est de l'Ukraine, à l'issue d'une réunion à Paris qui n'a pas permis de véritable percée selon Kiev.

La crise a provoqué une dégradation sans précédent depuis la Guerre froide des relations entre Moscou et Washington, les États-Unis ayant pris des sanctions contre la Russie et envisageant d'en imposer davantage.

Les deux puissances maintiennent toutefois leur dialogue diplomatique grâce notamment aux très nombreuses rencontres et appels téléphoniques depuis plus d'un an entre John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer