L'OTAN prête à renforcer son assistance à l'Ukraine

«J'appelle la Russie à se retirer du bord... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

«J'appelle la Russie à se retirer du bord du gouffre, à se retirer de la frontière. N'utilisez pas le maintien de la paix comme prétexte pour faire la guerre», a déclaré le secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen (à droite), au cours d'une conférence de presse à Kiev.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Agence France-Presse
KIEV

L'OTAN s'est dite jeudi prête à renforcer son assistance à l'Ukraine face à l'«agression» de la Russie, qu'elle appelle à retirer ses troupes de la frontière et à ne pas intervenir sous couvert de maintien de la paix.

«La Russie a massé d'importantes forces à la frontière ukrainienne, pour protéger les séparatistes et pour utiliser tout prétexte pour intervenir davantage», a déclaré le secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen, au cours d'une conférence de presse à Kiev.

«J'appelle la Russie à se retirer du bord du gouffre, à se retirer de la frontière. N'utilisez pas le maintien de la paix comme prétexte pour faire la guerre», a-t-il ajouté.

L'Alliance atlantique s'est alarmée ces derniers jours de la présence militaire croissante de la Russie à la frontière ukrainienne, passée, selon elle, de 12 000 hommes mi-juillet à 20 000 hommes actuellement. Elle craint que Moscou, qui réclame des mesures d'urgence pour venir en aide à la population civile dans l'est, n'intervienne pour des prétextes humanitaires.

«La liberté et l'avenir de l'Ukraine sont attaqués», a averti M. Rasmussen. «Le soutien de la Russie aux séparatistes continue. Il a gagné en intensité et en sophistication», a-t-il ajouté, jugeant que la catastrophe de l'avion de Malaysia Airlines le 17 juillet était une conséquence de ce soutien M. Rasmussen a rencontré à Kiev le président Petro Porochenko et le premier ministre Arseni Iasteniouk, à qui il était venu apporter son «soutien politique» alors que les forces ukrainiennes intensifient leur offensive face aux insurgés prorusses.

Il a assuré que le partenariat entre l'Alliance atlantique et l'Ukraine (qui n'en est pas membre) était «solide». «En réaction à l'agression russe, l'OTAN travaille de manière encore plus étroite avec l'Ukraine pour réformer ses forces armées et ses institutions de défense», a-t-il assuré.

«Nous conseillons l'Ukraine en terme de planification militaire et de réforme de la défense et nous sommes prêts à renforcer cette coopération», a-t-il ajouté.

Il a indiqué qu'une réunion spéciale aurait lieu avec l'Ukraine en marge du sommet de l'OTAN prévu à Newport.

«L'attitude de la Russie crée une nouvelle situation en terme de sécurité en Europe», a-t-il affirmé.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Ukraine: l'OTAN met en garde Moscou

    Ukraine

    Ukraine: l'OTAN met en garde Moscou

    La crise ukrainienne connaissait vendredi une nouvelle poussée de fièvre après des combats meurtriers ayant gagné pour la première fois le centre de... »

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer