Le premier ministre turc compare les méthodes d'Israël à celles d'Hitler

«C'est du racisme, du fascisme. Ce qui est... (PHOTO UMIT BEKTAS, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«C'est du racisme, du fascisme. Ce qui est fait à Gaza revient à raviver l'esprit du mal et pervers d'Hitler», a dit le premier ministre turc Erdogan

PHOTO UMIT BEKTAS, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Offensive israélienne à Gaza

International

Offensive israélienne à Gaza

L'armée israélienne mène l'opération «Bordure protectrice», la plus importante offensive militaire contre la Bande de Gaza depuis la sanglante et controversée mission «Plomb durci» lancée en 2008-2009, qui avait fait plus de 1400 morts. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
ANKARA

Le premier ministre islamo-conservateur turc, fervent défenseur de la cause palestinienne, a lancé jeudi une nouvelle diatribe virulente contre Israël comparant ses méthodes lors de son offensive contre Gaza à celles d'Adolf Hitler.

«Dites-moi, quelle est la différence entre les opérations israéliennes et celles des nazis et d'Hitler», a martelé Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à l'occasion de la campagne présidentielle à Van (est).

«C'est du racisme, du fascisme. Ce qui est fait à Gaza revient à raviver l'esprit du mal et pervers d'Hitler», a encore dit M. Erdogan, grand favori du scrutin présidentiel qui pour la première fois se tiendra au suffrage universel en Turquie, les 10 et 24 août.

M. Erdogan, qui ne cesse de dénoncer avec véhémence l'offensive sanglante déclenchée par Israël le 8 juillet contre l'enclave palestinienne contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, a réaffirmé que les opérations avaient l'allure d'un «génocide» contre la population civile palestinienne.

Le premier ministre turc a également reproché aux États-Unis, sans les citer nommément, de défendre les opérations menées par l'armée israélienne et a dénoncé l'inertie du monde musulman.

«Ceux qui restent silencieux devant ce massacre sont tout aussi cruels», a dit M. Erdogan qui défend avec ferveur la cause palestinienne et dont le gouvernement entretient des rapports étroits avec la direction du Hamas.

Les relations entre Israël et la Turquie, autrefois des alliés régionaux, sont au point mort depuis l'arraisonnement d'un navire turc au large de ce territoire en 2010 qui avait coûté la vie à 10 militants turcs et la dernière offensive israélienne contre le Hamas, soutenu par le gouvernement d'Ankara.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer