L'accord nucléaire avec l'Iran «n'est pas» suffisant, dit Macron

Le président français Emmanuel Macron... (PHOTO ludovic MARINM, AFP)

Agrandir

Le président français Emmanuel Macron

PHOTO ludovic MARINM, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Le président français Emmanuel Macron a affirmé mercredi que l'accord nucléaire conclu en 2015 avec l'Iran n'était pas suffisant au vu de «l'évolution régionale» et de «la pression croissante que l'Iran exerce dans la région».

«Nous avons besoin de l'accord de 2015. Cet accord est-il suffisant ? Il ne l'est pas, compte tenu de l'évolution régionale et de la pression croissante que l'Iran exerce dans la région», a-t-il déclaré lors d'un point-presse. Le président français a aussi cité «l'activité accrue de l'Iran sur le plan balistique» et souligné la nécessité de «pouvoir rassurer les états de la région et les États-Unis».

Selon lui, sur ces activités balistiques, il faudra un «volet de sanctions». «Et aussi ouvrir une discussion sur le nucléaire post-2025 et sur le rôle de l'Iran dans la région, car les tensions sont croissantes au regard de l'activité du Hezbollah et de la pression de l'Iran sur la Syrie».

«C'est ce que j'ai proposé aux deux présidents (américain et iranien) et je m'engagerai à trouver un accord sur cette base. Nous avons besoin dans la région des États-Unis, car ils sont à la tête de la coalition en Syrie. Donc il est indispensable d'arriver à un accord» et «j'essaierai de convaincre (Donald) Trump non pas de dénoncer cet accord, mais de le compléter par ces points». «Je n'exclus aucun déplacement utile dans ce contexte-là», a précisé Emmanuel Macron.

Interrogé sur son souhait d'associer l'Iran à un groupe de contact sur la Syrie, il a répondu: «C'est parce que nous nous mettrons autour de la table dans le groupe contact sur la Syrie que nous arriverons à encadrer son activité dans la région».

«Je souhaite que les prochaines semaines permettent une sortie du contexte actuel pour promouvoir une solution complète et plus ambitieuse pour répondre aux inquiétudes qui émergent et ne pas briser ce qui a été construit en 2015», a aussi dit le président français.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer