Les Iraniens célèbrent l'accord nucléaire à Téhéran

Si le ramadan et la forte chaleur à... (PHOTO ATTA KENARE, AFP)

Agrandir

Si le ramadan et la forte chaleur à Téhéran avaient suspendu toute célébration immédiate au moment de l'annonce officielle de l'accord à la mi-journée, des rassemblements se sont tenus en soirée, après la rupture du jeûne.

PHOTO ATTA KENARE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Arthur MACMILLAN
Agence France-Presse
Téhéran

«Regardez les rues ce soir, nous sommes heureux», lance Giti, une Iranienne qui célébrait à Téhéran mardi soir, avec nombre de ses compatriotes, l'accord nucléaire conclu à Vienne entre l'Iran et les grandes puissances.

Peu après la rupture du jeûne du ramadan, des centaines de personnes ont commencé à se rendre sur la plus longue avenue de la capitale iranienne, Valiye Asr, en faisant retentir les klaxons de leurs véhicules.

«Peut-être» que la situation économique «va changer, spécialement pour les jeunes», ajoute Giti, 42 ans, qui a vécu au Canada et aux États-Unis et qui, après trois ans passés dans son pays, songeait à y retourner.

«Je pensais partir, mais maintenant je vais rester pour voir ce qui arrive», confie-t-elle.

«Nous sommes heureux», exulte aussi Parvaneh Farvadi, une jeune femme de 32 ans. «Merci M. (Mohammad Javad) Zarif (ministre iranien des Affaires étrangères)», dit-elle, ajoutant: «J'aime John Kerry (secrétaire d'État américain), ils ont été très bons pour nous».

L'Iran et les grandes puissances sont parvenus à finaliser mardi un accord sur le nucléaire iranien, un dossier qui empoisonnait les relations internationales depuis douze ans.

Cet accord rend quasi-impossible la construction d'une bombe atomique par Téhéran pendant plusieurs années en échange d'une levée progressive et réversible à partir du premier semestre 2016 des sanctions internationales qui étouffent l'économie iranienne.

Si le ramadan et la forte chaleur à Téhéran (39 degrés) avaient suspendu toute célébration immédiate au moment de l'annonce officielle de l'accord à la mi-journée, des rassemblements se sont tenus en soirée, après la rupture du jeûne.

«Boom» de l'économie espéré 

Car pour les habitants de Téhéran interrogés, il ne fait aucun doute que l'accord et la levée des sanctions internationales qui suivront permettront un «boom» de l'économie iranienne et une amélioration de leur vie quotidienne.

«Tout est comme une chaîne et nous sommes tous connectés», déclare Ali Alizadeh, un chômeur de 42 ans, rencontré dans le centre de Téhéran après l'annonce de l'accord. «Si une usine ou une boutique de mode comme celle que je possédais avant rouvre, au moins 20 personnes auront un emploi et 20 familles en profiteront», explique-t-il.

«Si les sanctions sont levées, la flotte des avions sera rénovée» et l'entrée en Iran de «médicaments pour des maladies particulières, facilitée», se félicite de son côté Behnam Arian, 36 ans, comptable dans une entreprise privée.

Il ajoute cependant que les résultats positifs ne viendront pas immédiatement: cela prendra «au moins six mois».

Pour Hamid Bahri, ingénieur de 34 ans spécialisé dans des projets de développement du gouvernement, «il n'y a pas de mauvais accord, car chaque partie en tirera bénéfice et les puissances mondiales vont sécuriser leurs intérêts en Iran dans les années à venir».

«L'accord est également bon, car il apporte la paix à notre région et, maintenant, les groupes terroristes vont être détruits graduellement», ajoute-t-il, en faisant allusion notamment à l'organisation djihadiste État islamique (EI) qui commet des atrocités dans plusieurs pays de la région.

Selon lui, «quand le monde nous reconnaîtra comme un pays pacifique (...) les investissements étrangers vont affluer et cela aura un impact positif sur la vie des gens».

Dans un tweet, un Iranien a affirmé que MM. Zarif et Kerry, qui ont négocié pendant près de trois semaines à Vienne, méritaient «le prix Nobel de la paix».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer