270, le chiffre magique

Qui sera élu président des États-Unis?...

Agrandir

Qui sera élu président des États-Unis?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Richard Hétu

Collaboration spéciale

La Presse

Oubliez le «vote populaire». Aujourd'hui, le prochain président des États-Unis sera le candidat qui aura remporté la majorité des 538 grands électeurs du collège électoral, soit 270. Chaque État dispose d'un nombre de grands électeurs égal au nombre de ses représentants et sénateurs à Washington. Voici les scénarios qui permettraient aux deux candidats d'atteindre le chiffre magique.

Hillary Clinton

Les voies susceptibles de permettre à la candidate démocrate d'amasser au moins 270 grands électeurs sont plus nombreuses que celles de son rival républicain. La plus facile lui demanderait simplement d'ajouter aux États remportés en 2004 par le candidat malheureux du Parti démocrate, John Kerry, les quatre suivants : Nouveau-Mexique (5 grands électeurs), Colorado (9), Virginie (13) et Nevada (6).

Parmi les États enlevés par Kerry il y a 12 ans, seul le New Hampshire (4) est considéré aujourd'hui comme trop serré pour permettre une prédiction, selon la carte électorale de NBC News, qui donne cependant à la démocrate de bonnes chances de remporter les quatre États mentionnés plus haut et d'amasser au moins 274 grands électeurs.

Selon la moyenne des sondages compilés par le site RealClearPolitics, l'avance de Clinton sur Trump au New Hampshire n'est que de 0,6 %. Un sondage publié hier dans cet État lui donnait cependant une avance de 11 points de pourcentage.

Pour Clinton, la Pennsylvanie (20) constitue probablement la clef de voûte d'une victoire éventuelle au sein du collège électoral. C'est d'ailleurs dans cet État que la démocrate a tenu hier soir le rassemblement le plus important de sa campagne. Elle y était accompagnée de son mari, de sa fille, de Michelle et Barack Obama, ainsi que de Bruce Springsteen et de Bon Jovi.

Si le Keystone restait bleu, comme le laissent prévoir les sondages, les États du Midwest qui ont l'habitude de voter pour les candidats présidentiels du Parti démocrate - le Michigan (16), le Wisconsin (10) et le Minnesota (10) - devraient lui emboîter le pas.

Clinton pourrait-elle franchir le cap des 330 grands électeurs, comme l'a fait Obama en 2008 (365) et en 2012 (332) 

«Je dirais que les chances que Clinton dépasse 330 grands électeurs sont meilleures que celles de Trump d'atteindre 270», répond Charlie Cook, éditeur en chef du Cook Political Report, tout en qualifiant de «peu probable» le scénario le plus optimiste pour Clinton.

Pour dépasser le cap des 330 grands électeurs, Clinton devrait en effet faire main basse sur la Floride (29), l'Ohio (18) et la Caroline du Nord (15), qui sont aujourd'hui considérés comme trop serrés pour permettre une prédiction, selon la carte électorale de NBC News.

Donald Trump

Les chances du candidat républicain d'atteindre le chiffre magique sont loin d'être négligeables. Le gourou de la prédiction politique, Nate Silver, les évaluait d'ailleurs à 28,5 % à la veille de l'élection présidentielle.

Mais Trump est aujourd'hui « comme un joueur de poker auquel il manque l'une des cartes du milieu pour compléter une suite », pour reprendre l'image du sondeur républicain Whit Ayres.

Bref, le magnat de l'immobilier doit commencer par s'assurer de balayer trois des États qui ne sont acquis ni à l'un ni à l'autre des candidats, selon la carte électorale de NBC News, à savoir la Floride, l'Ohio et la Caroline du Nord. À ceux-ci, il doit ajouter deux autres États qui ont été remportés par Mitt Romney en 2012 - l'Arizona (11) et la Géorgie (9) -, mais qui sont aujourd'hui considérés comme trop serrés pour permettre une prédiction, selon NBC News.

En comptant les autres États rouges où il est en bonne position, Trump se retrouverait alors avec 253 grands électeurs. Il lui en manquerait 17 pour atteindre le chiffre magique. Où pourrait-il les trouver?

En Pennsylvanie (20 grands électeurs). L'État a occupé une place de choix tout au long de la campagne de Trump, qui a courtisé à fond ses électeurs blancs de la classe ouvrière qui se sentent floués par les politiciens de Washington et la mondialisation de l'économie.

Et si Trump ne parvient pas à faire mentir les sondages qui favorisent Clinton? Il peut réussir à atteindre 270 grands électeurs en enlevant ceux de l'Iowa (6), du Nevada (6), du New Hampshire (4) et l'un des deux du Maine, seul État avec le Nebraska à ne pas remettre tous ses grands électeurs au gagnant du «vote populaire». Un tel scénario donnerait à Trump 270 grands électeurs et la Maison-Blanche.

Autre scénario possible: ajouter les grands électeurs de l'Iowa ou du Nevada à ceux d'un État où Trump accuse aujourd'hui un retard: Michigan (16) ou Virginie (13) ou une combinaison de deux États : Colorado (9) et Nouveau-Mexique (5).

Bref, Trump a besoin que la chance lui sourie demain pour espérer devenir le 45e président des États-Unis. Mais l'homme en a déjà surpris plusieurs.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer