Trump invite ses partisans à visionner une «vidéo sexuelle» d'une ex-Miss Univers

Alicia Machado, photographiée en campagne pour Hillary Clinton... (Archives AFP, Gustavo Caballero)

Agrandir

Alicia Machado, photographiée en campagne pour Hillary Clinton à Miami en août dernier, était surnommée « Miss Piggy » et « Miss Housekeeping » par Donald Trump après sa victoire au concours Miss Univers 1996.

Archives AFP, Gustavo Caballero

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Donald Trump a repris vendredi ses attaques contre une ancienne Miss Univers, conseillant au public d'aller consulter la « vidéo sexuelle » de cette femme qui soutient avoir été « humiliée » par le milliardaire et a rallié depuis le camp d'Hillary Clinton.

Dans une série de tweets, le candidat républicain à la présidentielle s'en prend vivement à Alicia Machado, que Mme Clinton cite en exemple de la muflerie de Donald Trump envers les femmes.

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

La démocrate avait expliqué à la fin du débat lundi soir que Donald Trump avait surnommé cette ancienne reine de beauté vénézuélienne « Miss Piggy » (Miss Peggy-la-cochonne) et « Miss housekeeping » (Miss femme de ménage), lui reprochant d'avoir pris des kilos nuisant à sa ligne.

Niant d'abord avoir fait de telles déclarations, M. Trump a visiblement été furieux de ce rappel de son passé. Il était jusqu'à l'an dernier propriétaire du concours Miss Univers.

« Utiliser Alicia M. comme un modèle de vertu montre à quel point Hillary-la-crapule est à côté de la plaque. Hillary s'est fait avoir par une arnaqueuse », a-t-il écrit vendredi.

« Hillary-la-crapule a été dupée et utilisée par la pire de mes Miss Univers. Hillary l'a qualifiée d'"ange" sans vérifier son passé, qui est terrible », a-t-il ajouté.

Le magnat de l'immobilier a soulevé l'hypothèse que Mme Clinton ait aidé Alicia Machado à acquérir la nationalité américaine afin de pouvoir l'utiliser ensuite à son profit lors du premier débat qui a opposé les candidats.

« Hillary Clinton a-t-elle aidé la dégoûtante (cf. son passé et la vidéo sexuelle) Alicia M. à devenir citoyenne américaine afin de pouvoir s'en servir lors du débat ? », a interrogé M. Trump.

Au lendemain du débat, il avait tenté de justifier ses remarques désobligeantes adressées à son ancienne reine de beauté, en expliquant qu'elle avait à l'époque « pris beaucoup de poids et que c'était un vrai problème ».

À l'opposé, sa rivale démocrate qui cherche à conforter son avance auprès de l'électorat féminin a bien compris son intérêt à exploiter le filon Alicia Machado.

L'équipe de campagne d'Hillary Clinton a diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle la Miss Univers 1996 relate les avanies que lui a fait subir M. Trump, en confiant finalement qu'à son avis le milliardaire est inapte à diriger les États-Unis.

« Il me disait que j'étais laide, grosse », y explique en espagnol sous-titré l'ancienne reine de beauté. « C'était très humiliant, cela m'a fait beaucoup souffrir ».

« Calomnies »

L'équipe de campagne d'Hillary Clinton a diffusé une vidéo dans laquelle la Miss Univers 1996 relate les avanies que lui a fait subir M. Trump, en confiant finalement qu'à son avis le milliardaire est inapte à diriger les États-Unis.

« Il me disait que j'étais laide, grosse », y explique en espagnol sous-titré en anglais l'ancienne reine de beauté aujourd'hui âgée de 39 ans. « C'était très humiliant, cela m'a fait beaucoup souffrir ».

Alicia Machado a enfoncé le clou vendredi sur Instagram, dans un message et une photo où elle posé drapée dans la bannière américaine.

« Avec sa campagne haineuse, le candidat républicain tente à tout prix de discréditer et démoraliser une femme, ce qui est effectivement l'un de ses traits de caractère les plus terrifiants », a écrit l'ancienne mannequin.

« Il cherche ainsi à détourner l'attention de ses problèmes réels et de son incapacité à prétendre être le dirigeant de ce grand pays », a-t-elle poursuivi, en dénonçant également ces « calomnies et mensonges faciles porteurs de mauvaises intentions ».

"The Republican candidate and his campaign are, once again launching attacks, insults and are attempting to revive slanders and false accusations about my life, in order to humiliate, intimidate, and unbalance me. These attacks are cheap lies with bad intentions. This, of course, is not the first time the candidate insists on discrediting someone or insists on demoralizing women, minorities, and people of certain religions through his hateful campaign. This is definitely one of his most frightful characteristics. Through his attacks, he's attempting to distract from his campaign's real problems and his inability to be the leader of this great country. When I was young, the now candidate, humiliated me, insulted me, disrespected me both publicly and privately in the cruelest way. The same way this happened to me, it's clear that throughout the years, he's continued his actions and behavior with other women. Therefore, I will continue to stand on my feet, sharing my story and my absolute support for Secretary Clinton, on behalf of all women -- my sisters, aunts, grandmothers, cousins, women within the community. I want to thank all of my Latinas and those who have supported me and given me love and respect for my career, and as a human being. I became a United States citizen because my daughter was born here and because I wanted to exercise my rights, among them, I wanted to vote. I will continue standing firm in my lived experience as Miss Universe and even stronger with your support. I've been so pleased and honored by so many kind and heartfelt words. I'm focusing on my career and my work as a mother, and I will continue taking positive steps for the Latino community. I will continue being an activist for women's rights and fighting for the respect we deserve. I appreciate all your love and thank you again for your support." Many blessings, ALICIA MACHADO 🙏🏻💋

Une photo publiée par Alicia Machado (@machadooficial) le

Le « terrible passé » d'Alicia Machado évoqué par Donald Trump se réfère à un épisode remontant à 1997 au Venezuela : la jeune femme avait été suspectée d'avoir conduit la voiture dans laquelle fuyait son compagnon tout juste auteur d'une tentative de meurtre.

Mme Machado, qui niait ces accusations et n'a finalement pas été condamnée, avait ensuite menacé de tuer le juge chargé de l'enquête.

Interrogée sur ces faits cette semaine par CNN, l'ex-Miss Univers a déclaré : « Je ne suis pas une sainte, mais ce n'est plus le problème aujourd'hui ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer