Donald Trump effraie les Québécois

«[Donald] Trump s'exprime avec un certain extrémiste qui ne... (Photo Jonathan Ernst, archives REUTERS)

Agrandir

«[Donald] Trump s'exprime avec un certain extrémiste qui ne pourrait pas marcher au Québec. Il y a un humanisme, des valeurs au Québec qui ne permettraient pas d'aller aussi loin», analyse Alain Giguère, président de CROP.

Photo Jonathan Ernst, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Si les Québécois pouvaient voter aux élections américaines, Donald Trump n'y trouverait pas beaucoup d'appuis: seulement 10 % des Québécois voteraient pour lui, contre 72% pour Hillary Clinton, selon un sondage CROP-La Presse. Une preuve de la différence des valeurs entre le Québec et les États-Unis - où Donald Trump obtient 44 % des intentions de vote - , selon Alain Giguère, président de CROP.

Depuis six mois, les intentions de vote du candidat républicain Donald Trump au Québec sont passées de 8 à 10%. La semaine dernière, la candidate démocrate Hillary Clinton aurait récolté 72% des voix au Québec dans un face-à-face électoral contre Donald Trump.

Au Québec, le nombre d'indécis a diminué de moitié en six mois (de 40 à 18%) et ils ont presque tous rejoint le clan Clinton (+ 19%, contre + 2% pour M. Trump). Après répartition des indécis, Mme Clinton passe de 72 à 88% des intentions de vote au Québec, M. Trump, de 10 à 12%. À titre de comparaison, Québec solidaire a obtenu de 10 à 14% des intentions de vote lors du même sondage portant sur les partis politiques provinciaux (PLQ, PQ, CAQ, QS).

«L'humanisme québécois»

Donald Trump démontre bien les différences entre le Québec et les États-Unis, selon Alain Giguère, président de CROP. «Il y a des valeurs qui distinguent le Québec des États-Unis, dit M. Giguère. M. Trump s'exprime avec un certain extrémiste qui ne pourrait pas marcher au Québec. Il y a un humanisme, des valeurs au Québec qui ne permettraient pas d'aller aussi loin. Il y aurait un espace [électoral] pour un repli identitaire, un peu comme le Brexit, mais pas de la façon dont M. Trump le fait.»

Aux États-Unis, M. Trump obtient 44,2% des intentions de vote, contre 46,5% pour Mme Clinton, selon le site spécialisé FiveThirtyEight. Les appuis de M. Trump sont les plus faibles dans le district de Columbia (23,5 %), à Hawaii (31,6 %) et au Vermont (33,4 %).

«Appuis modérés» pour Clinton

Avec 72% des intentions de vote au Québec à six semaines de l'élection présidentielle américaine, Hillary Clinton obtient des «appuis modérés» au Québec compte tenu des valeurs qu'elle incarne, selon le président de CROP, Alain Giguère. Ainsi, 18% des répondants québécois se disent toujours indécis, alors que le taux d'indécis est habituellement entre 10 et 12%.

«Mme Clinton n'est pas toujours dépeinte comme étant parfaite, dit M. Giguère. C'est incomparable au show de Trump, mais on lui prête plusieurs défauts. Ça explique pourquoi ses appuis sont modérés même si elle représente nos valeurs.»

15% chez les hommes

Au Québec, Donald Trump est plus populaire chez les hommes (15% des intentions de vote) que chez les femmes (6%). Son «genre de clientèle» est « habituellement composée de davantage d'hommes que de femmes», dit Alain Giguère. Hillary Clinton est légèrement plus populaire chez les femmes (73%) que chez les hommes (70%). Enfin, 22% des femmes sont indécises, contre 15% des hommes.

9% chez les francophones

Donald Trump est légèrement plus populaire au sein de l'électorat non francophone du Québec, où il aurait récolté 14% des voix, contre 62% pour Mme Clinton et 24% d'indécis. Chez les francophones, Mme Clinton récolte 74% des intentions de vote, M. Trump, 9% et il y a 17% d'indécis.

Par la même occasion, M. Trump est légèrement plus populaire à Montréal - où l'électorat francophone est moins important - que dans les régions du Québec: 12% des intentions de vote à Montréal, 11% à Québec et 8% dans les régions. Mme Clinton récolte sensiblement les mêmes appuis partout dans la province.

Très inquiets

Les Québécois sont toujours aussi inquiets de l'impact qu'aurait l'élection de Donald Trump sur les relations entre le Canada et les États-Unis. Ainsi, 61% des répondants trouvent que c'est une très mauvaise nouvelle, et 18% trouvent que c'est une assez mauvaise nouvelle, pour un total de répondants inquiets de 79%.

«C'est une grosse majorité», dit Alain Giguère. Il s'agit essentiellement des mêmes résultats qu'en mars dernier (60% pour qui c'est une très mauvaise nouvelle, 16% pour qui c'est une assez mauvaise nouvelle).

Le nombre de Québécois inquiets de l'impact qu'aurait l'élection d'Hillary Clinton a augmenté de 12 à 19% des répondants depuis 6 mois.

***

MÉTHODOLOGIE 

Ce sondage a été effectué par CROP sur le web auprès des 1000 répondants du 15 au 19 septembre derniers. En raison du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer