Un fondateur de LinkedIn offre 5 millions si Trump publie ses déclarations de revenus

Reid Hoffman (à gauche) est le fondateur de LinkedIn.... (PHOTO AFP)

Agrandir

Reid Hoffman (à gauche) est le fondateur de LinkedIn.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

Agence France-Presse
Washington

Un fondateur du réseau social professionnel LinkedIn, Reid Hoffman, a promis de verser jusqu'à 5 millions de dollars à des anciens combattants si le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump acceptait enfin de rendre publiques ses déclarations de revenus.

L'entrepreneur de la Silicon Valley a effectué cette annonce pour attirer l'attention sur cette association caritative, qui a lancé une campagne de financement participatif en faveur des vétérans.

Donald Trump avait effectué une promesse similaire en 2012, promettant 5 millions de dollars à une association caritative si le président Barack Obama, qui était alors en campagne pour sa réélection, rendait publiques ses notes d'université ou ses «demandes de passeports» notamment.

M. Trump était alors un de ceux qui doutaient ouvertement que M. Obama soit né sur le territoire américain. Si tel n'avait pas été le cas, il n'aurait pas pu devenir président.

Reid Hoffman a expliqué sur un blogue soutenir l'initiative d'un ancien Marine, Pete Kiernan, qui a lancé une campagne destinée à lever au moins 25 000 dollars pour une association d'aide aux anciens combattants.

M. Hoffman a indiqué qu'il aiderait Pete Kiernan si Donald Trump rendait publiques ses déclarations de revenus avant le 19 octobre.

«Étant donné que M. Trump dit soutenir les anciens combattants j'imagine qu'il verra tout le bien de l'initiative de M. Kiernan», a écrit Reid Hoffman sur Medium. «Mais compte tenu de l'offre de M. Trump en 2012 vis-à-vis du président Obama, je souhaiterais aider la campagne de M. Kiernan. S'il arrive à récolter ou à dépasser son objectif j'y contribuerai en versant cinq fois le montant récolté, jusqu'à une limite de 5 millions de dollars».

Comme les décisions d'un Donald Trump président auront de nombreuses conséquences sur ses intérêts économiques, «il n'a jamais été aussi nécessaire qu'un candidat publie ses déclarations de revenus», a fait valoir M. Hoffman.

La tradition veut depuis des décennies aux États-Unis que les candidats à la présidentielle publient leurs déclarations de revenus.

La candidate démocrate Hillary Clinton et son colistier Tim Kaine l'ont déjà fait. Le colistier de M. Trump, Mike Pence, s'en est aussi acquitté vendredi.

Mais le candidat républicain met lui en avant le contrôle fiscal dont il est la cible depuis 15 ans pour retarder la publication de ses propres documents. Il affirme que le dépôt obligatoire d'un document de transparence financière auprès de la commission électorale FEC, en mai dernier, est suffisant. Ce document donne seulement une estimation de ses actifs, dettes et revenus.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer