Irak: 1500 prisonniers de l'EI libérés

Des membres des forces armées irakiennes célèbrent sur... (PHOTO MOADH AL-DULAIMI, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Des membres des forces armées irakiennes célèbrent sur un tank en arborant un drapeau saisi à des troupes du l'État islamique, samedi, près de la ville de Hit, quelque 145 km à l'ouest de Bagdad.

PHOTO MOADH AL-DULAIMI, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
BAGDAD

Les forces irakiennes ont libéré un grand nombre de prisonniers détenus dans une geôle souterraine contrôlée par le groupe extrémiste État islamique (EI), lors d'une bataille pour la reprise d'une localité dans l'ouest du pays aux mains des jihadistes, ont annoncé samedi des responsables.

Les forces de sécurité ont repris une partie de Hit, l'une des agglomérations les plus importantes de la province d'Al-Anbar toujours sous contrôle de l'EI.

« Au cours de leur avancée pour libérer et nettoyer la localité de Hit de l'organisation (EI), les forces de sécurité ont découvert une grande prison », a affirmé le colonel Fadhel al-Nimrawi. « La prison était souterraine » et détenait 1500 personnes qui ont été libérées par les forces de sécurité.

Malallah al-Obeidi, un responsable local à Al-Anbar, a lui aussi estimé à environ 1500 le nombre de prisonniers affirmant qu'il s'agissait surtout de civils.

Mouhannad al-Douleimi, responsable du secteur de Hit, a confirmé la découverte d'une « grande prison » dans la localité, mais n'a pas précisé combien de personnes y étaient détenues.

L'EI s'est emparé de larges pans du territoire irakien au nord et à l'ouest de Bagdad en 2014, mais les forces de sécurité ont depuis repris du terrain aux jihadistes.

Le chef-lieu de la province, Ramadi, a été repris aux jihadistes en décembre. Hit et la ville de Fallouja sont deux des agglomérations les plus importantes d'Al-Anbar encore aux mains de l'EI.

L'Irak a lancé à la mi-mars une offensive pour reprendre Hit, mais un nombre important de troupes ont été retirées de la province d'Al-Anbar pour protéger des manifestants à Bagdad, ce qui risque de ralentir les opérations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer