Pour le Pentagone, «Omar le Tchétchène» est bien mort

Connu pour son épaisse barbe rousse, Abou Omar... (PHOTO AFP)

Agrandir

Connu pour son épaisse barbe rousse, Abou Omar al-Chichani était un Tchétchène de Géorgie.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Washington

«Omar le Tchetchène», l'un des chefs militaires du groupe État islamique visé par un bombardement de la coalition internationale le 4 mars, est bien mort, a indiqué lundi un porte-parole du Pentagone.

«Nous pensons qu'il est mort des suites de ses blessures», a déclaré lundi à l'AFP le capitaine de vaisseau Jeff Davis.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG qui dispose d'un bon réseau d'informateurs en Syrie, avait déjà indiqué dimanche que le chef djihadiste était «cliniquement mort», ne respirant qu'à l'aide d'appareils dans un hôpital de l'est de la province de Raqa, bastion du groupe ultra-radical dans le nord de la Syrie.

Il est toujours difficile pour la coalition de confirmer la mort des dirigeants du groupe État islamique visé par des frappes aériennes, faute de pouvoir disposer de relais fiables sur le terrain.

Lorsqu'un responsable américain avait annoncé le 8 mars l'attaque visant «Omar le Tchétchène», il avait indiqué que le chef djihadiste était «probablement» mort. Mais ce décès avait été ensuite contesté par des sources syriennes, notamment par l'OSDH.

Connu pour son épaisse barbe rousse, le djihadiste qui se nommait en réalité Tarkhan Tayumurazovich Batirashvili était un Tchétchène de Géorgie.

Il était réputé pour sa cruauté et son engagement au combat. Son rang exact dans la hiérarchie de l'EI était flou mais il était l'un des principaux experts militaires de l'organisation djihadiste.

L'administration américaine avait offert 5 millions de dollars pour des informations fiables pouvant mener jusqu'à lui.

Par le passé, il avait déjà été donné pour mort par divers réseaux sociaux ou médias, avant de réapparaître.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer