Libye: les incendies des réservoirs attaqués par l'EI sont éteints

Un responsable de la sécurité avait indiqué samedi... (Photo AFP)

Agrandir

Un responsable de la sécurité avait indiqué samedi que «quatre réservoirs qui contiennent environ deux millions de barils de brut» étaient en feu.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
TRIPOLI

Les pompiers ont maîtrisé les incendies ayant ravagé des  réservoirs pétroliers à la suite d'une attaque du groupe État islamique (EI) à Ras Lanouf (est), selon un responsable des gardes des installations pétrolières.

«Les incendies qui se sont déclenchés dans les réservoirs  touchés par des roquettes il y a trois jours ont été éteints», a indiqué ce responsable à l'AFP. «Deux pompiers ont été blessés et un troisième légèrement asphyxié» durant l'opération, a-t-il ajouté.

Jeudi à l'aube, des combattants de l'EI avaient attaqué une partie du site pétrolier de Ras Lanouf, dans la région dite du «Croissant pétrolier», pour en prendre le contrôle, selon la compagnie nationale de pétrole (NOC).

Un responsable de la sécurité avait indiqué samedi que «quatre réservoirs qui contiennent environ deux millions de barils de brut» étaient en feu.

La Libye dispose des réserves pétrolières les plus importantes d'Afrique, estimées à 48 milliards de barils. Sa production était estimée à 1,6 million b/j en 2011 mais a chuté d'un tiers depuis.

L'EI a gagné du terrain en Libye depuis un an, tirant profit du chaos politique. Deux autorités s'y disputent le pouvoir avec l'une basée dans la capitale Tripoli proche d'une coalition de milices, et l'autre, dont le dernier Parlement élu, exilée dans l'est du pays.

Un gouvernement d'union nationale a été annoncé mardi dernier, une étape prévue par l'accord controversé parrainé par l'ONU, mais il doit encore être approuvé par une majorité des deux tiers du Parlement reconnu par la communauté internationale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer