L'EI a détruit le plus vieux monastère chrétien en Irak

La région où se trouve le monastère était... (ARCHIVES AP)

Agrandir

La région où se trouve le monastère était essentiellement coupée du monde depuis qu'elle était tombée entre les mains des islamistes en juin 2014.

ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Associated Press
Irbil

Le plus vieux monastère chrétien d'Irak a été réduit en ruines par le groupe armé État islamique, démontrent des photos satellitaires obtenues par l'Associated Press.

Le monastère devient donc la plus récente victime dans la campagne sans merci lancée par les djihadistes pour anéantir les anciens sites culturels.

Le monastère vieux de 1400 ans avait récemment été fréquenté par des soldats américains. Au cours des siècles, des générations de moines ont allumé des cierges pour prier dans la chapelle. Les lettres grecques chi et rho, les deux premières du nom du Christ, avaient été gravées dans la pierre, près de l'entrée.

Des photos obtenues exclusivement par l'Associated Press (ci-contre) confirment les pires craintes des responsables religieux et des archéologues - le monastère de Saint-Élie, à Mossoul, a été éradiqué. Le monastère est aussi connu sous le nom arabe de Dair Mar Elia.

Le plus vieux monastère chrétien d'Irak a été réduit en ruines par... (PHOTO AP) - image 2.0

Agrandir

PHOTO AP

Le monastère trônait auparavant au sommet d'une colline près de la deuxième plus grande ville d'Irak.

Le groupe État islamique a déjà tué des milliers de civils et contraint des centaines de milliers de chrétiens à prendre la fuite, menaçant une religion qui survit dans la région depuis 2000 ans. Ses djihadistes ont aussi anéanti des édifices et des ruines d'une grande importance historique et religieuse, qu'ils considèrent contraires à leur interprétation de l'islam.

On compte maintenant plus d'une centaine de mosquées, tombes, sanctuaires et églises qui ont été détruits en Irak et en Syrie. Des ruines irremplaçables ont été vandalisées ou démolies, des bibliothèques pillées, des livres brûlés et des oeuvres d'art écrasées - ou revendues sur le marché noir.

La région où se trouve le monastère était essentiellement coupée du monde depuis qu'elle était tombée entre les mains des islamistes en juin 2014.

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a rappelé que le monastère avait été construit à l'époque où les chrétiens étaient unis, avant le schisme entre Orthodoxes et Catholiques, et qu'il revêtait donc une importance spéciale pour plusieurs.

Par ailleurs, le groupe Amnistie internationale accuse les combattants kurdes en Irak de délibérémment détruire les villages arabes dont ils prennent le contrôle. L'organisation a prévenu que cela pourrait constituer des crimes de guerre. Des milliers de maisons auraient ainsi été détruites dans des villages repris au groupe État islamique.

Enfin, le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter, a révélé mercredi que ses homologues de la France et de cinq autres pays se sont entendus pour intensifier leur campagne militaire contre le groupe djihadiste en Irak et en Syrie. Il a ajouté que les 26 pays membres de la coalition contre le groupe armé se rencontreront à Bruxelles le mois prochain.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer