Les recruteurs de l'EI payés jusqu'à 10 000 $

L'EI a recours aux médias sociaux et à... (PHOTO SAEED KHAN, AFP)

Agrandir

L'EI a recours aux médias sociaux et à des réseaux informels (familles, amis, etc.) pour recruter de nouveaux djihadistes en Belgique.

PHOTO SAEED KHAN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BRUXELLES

Le groupe armé État islamique (EI) paie jusqu'à 10 000 $ les recruteurs qui parviennent à faire venir des volontaires en Syrie, ont affirmé vendredi à Bruxelles des experts des Nations unies à l'issue d'une mission d'enquête en Belgique.

L'avocate polonaise Elzbieta Karska, qui dirige un groupe de travail de l'ONU sur les activités des combattants étrangers qui partent vers des zones de conflit, a confirmé que l'EI avait recours aux médias sociaux et à des réseaux informels (familles, amis, etc.) pour recruter de nouveaux djihadistes en Belgique.

Ces intermédiaires, qui sont souvent basés en Syrie, «sont payés en fonction du nombre de personnes recrutées et du fait que leurs recrues se marient par la suite», a précisé le groupe d'experts onusiens dans un rapport préliminaire présenté aux médias à Bruxelles.

«Nous avons été informés de cas où les recruteurs sont payés de 2000 ou 3000 $ à 10 000 $, en fonction de qui est recruté. Cela dépend des capacités de la personne. Si c'est quelqu'un avec un haut niveau d'éducation, comme un informaticien ou un médecin, ils sont payés plus», a précisé Mme Karska, qui a dirigé la mission d'enquête d'une semaine en Belgique.

«Ils sont payés par DAECH» (l'acronyme arabe de l'EI), a affirmé une autre membre de la délégation de l'ONU, la Chilienne Patricia Arias. «Quand il y a un contact personnel direct, la radicalisation est la plus rapide», a-t-elle expliqué.

Les profils des combattants sont «divers», mais leur âge moyen se situe aux alentours de «23 ans et moins» et «les femmes sont également de plus en plus nombreuses à partir», note le rapport.

Quant aux motivations, elles sont également variées: «conviction religieuse», «raisons humanitaires» ou encore «recherche d'aventures».

«Le profil n'est pas toujours celui de personnes touchées par le sous-emploi. Beaucoup vivent dans de bonnes conditions matérielles», a souligné Mme Karska.

Avec des chiffres variant de «375 à 500 combattants», selon les statistiques données par les autorités belges aux experts de l'ONU, la Belgique est le pays de l'UE d'où sont issus le plus grand nombre de djihadistes partis en Syrie ou en Irak, proportionnellement à sa population.

Ceci explique que le groupe d'experts a choisi de s'y intéresser, après avoir visité en juillet la Tunisie, qui fournit le plus grand nombre de combattants en chiffres absolus, et avant de se rendre en Ukraine l'an prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer