Un Japonais et un Italien abattus au Bangladesh: l'EI revendique

Le gouvernement du Bangladesh a déclaré qu'il prenait... (Photo Ripon Islam, AP)

Agrandir

Le gouvernement du Bangladesh a déclaré qu'il prenait les deux meurtres «très au sérieux».

Photo Ripon Islam, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
DACCA

Un Japonais a été abattu samedi au Bangladesh par des hommes armés, cinq jours après qu'un travailleur humanitaire italien eut été tué de la même manière, deux attaques qui ont été revendiquées par le groupe État islamique.

La police a indiqué que la victime, Hoshi Kunio, 66 ans, se trouvait dans un pousse-pousse, lorsqu'il a été abattu dans la ville de Kaunia, dans le district de Rangpur vers 10 h 30 locales.

Il se rendait dans la ville de Kaunia en provenance de la ville de Rangpur, où il résidait, quand son véhicule a été arrêté par trois hommes à moto, a indiqué à l'AFP un responsable de la police de Rangpur, Saifur Rahman.

«Deux des assaillants lui ont tiré deux fois dessus dans la poitrine avec des pistolets tandis que l'autre attendait avec la moto prêt à fuir», selon un autre responsable de la police locale, Rezaul Karim, qui a ajouté que quatre personnes avaient été interrogées, mais qu'il n'y avait eu aucune arrestation.

Le groupe État islamique a plus tard revendiqué le meurtre du Japonais sur Twitter, selon le site américain SITE Intelligence Group, qui publie des messages et vidéos émanant d'organisations djihadistes.

L'attaque est intervenue moins d'une semaine après le meurtre d'un travailleur humanitaire italien, également revendiqué par l'EI, que le gouvernement avait qualifié d'«acte isolé», afin de dissiper les craintes dans le pays.

L'Italien Cesare Tavella avait été abattu le 28 septembre de trois balles par des agresseurs qui avaient fui en moto.

Le gouvernement du Bangladesh a déclaré qu'il prenait les deux meurtres «très au sérieux».

Le ministre de l'Intérieur Asaduzzaman Kamal a établi un lien entre les deux attentats: «on voit que le mode opératoire des deux meurtres est similaire. Les assaillants sont à moto, ils sont trois, arrivent par derrière et tirent avec des pistolets», a-t-il déclaré.

«De tels meurtres d'innocents visent à créer l'instabilité dans le pays», a ajouté M. Kamal.

La représentante des États-Unis au Bangladesh Marcia Bernicat a exprimé sa «profonde tristesse» et demandé au gouvernement du pays d'enquêter sur «chaque aspect de ce crime et de traduire en justice ses auteurs dès que possible».

Le Bangladesh revendique un statut de pays musulman modéré. Mais une série d'assassinats de blogueurs athées cette année a secoué le pays et déclenché une vague de répression contre des groupes islamistes locaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer