Mort d'un important recruteur de l'EI en Irak

Les États-Unis sont à la tête d'une coalition... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Les États-Unis sont à la tête d'une coalition internationale qui mène des frappes aériennes contre les positions de l'EI dans ces deux pays.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Washington

Un important recruteur du groupe État islamique (EI) a été tué dans un raid de l'aviation américaine le 15 juin à Mossoul, dans le nord de l'Irak, a annoncé lundi un porte-parole du Pentagone, le colonel Steve Warren.

Tareq ben al-Tahar ben al Faleh al-Awni al-Harzi «intéressait» par ailleurs les autorités américaines pour son rôle présumé dans l'attaque contre le consulat américain de Benghazi le 11 septembre 2012, qui avait coûté la vie à l'ambassadeur des États-Unis en Libye, Christopher Stevens, et à trois autres Américains.«Sa mort va affaiblir les capacités de l'EI à intégrer des djihadistes originaires d'Afrique du Nord sur les fronts irakien et syrien, et élimine un homme ancré dans le terrorisme international de longue date», a souligné le colonel Warren dans un communiqué.

Le département d'État américain, estimant que son rôle consistait à fournir à l'EI son contingent de kamikazes, avait proposé début mai une récompense de 3 millions de dollars pour des informations à son sujet.

Ce djihadiste d'origine tunisienne avait été interrogé par un tribunal de Tunis sur l'attaque contre le consulat américain de Benghazi, avant d'être relâché en janvier 2013. Le 21 décembre 2012, il avait été longuement interrogé dans la capitale tunisienne par quatre agents de la police fédérale américaine (FBI).

Le Trésor américain avait répertorié en septembre ce djihadiste comme étant l'un des premiers à avoir rejoint les rangs de l'EI, avant de prendre des responsabilités dans le califat proclamé par le groupe djihadiste sur les territoires qu'il contrôle en Irak et en Syrie.

Les États-Unis sont à la tête d'une coalition internationale qui mène des frappes aériennes contre les positions de l'EI dans ces deux pays.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer