Des combats internes éclatent dans un bastion rebelle en Syrie

Également samedi, l'Observatoire a affirmé que les forces... (Photo Msallam Abd Albaset, Reuters)

Agrandir

Également samedi, l'Observatoire a affirmé que les forces aériennes du gouvernement avaient mené 581 frappes aériennes depuis le début novembre, tuant au moins 115 personnes, dont 19 enfants.

Photo Msallam Abd Albaset, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Associated Press
BEYROUTH

De rares combats internes ont éclaté dans un bastion rebelle à l'est de la capitale syrienne, Damas, entre des résidants armés et des membres d'une faction puissante de l'opposition, ont indiqué des activistes, samedi.

Ceux-ci ont affirmé que les combats avaient éclaté vendredi et s'étaient poursuivis samedi entre les résidants et des membres de l'Armée islamique dans la banlieue de Douma qui est presque encerclée complètement par des forces fidèles au président Bachar Al-Assad.

Un activiste installé en Syrie se faisant appeler Mohammed Orabi a affirmé que les affrontements avaient commencé lorsque des résidants avaient attaqué les entrepôts de commerçants influents dominant la distribution de vivres pour protester contre les prix élevés des aliments.

Mohammed Orabi et l'Observatoire syrien pour les droits de la personne, établi au Royaume-Uni, ont affirmé que des gardes à ces entrepôts avaient ouvert le feu, blessant grièvement plusieurs résidants.

L'Observatoire a indiqué que l'un des entrepôts pris d'assaut était géré par l'Institution Justice Charitable, un organisme comptant des liens étroits avec l'Armée islamique.

L'Armée islamique, une faction rebelle puissante assurant un contrôle serré de la banlieue de Douma, reçoit des fonds de certains de ces commerçants, et combat les résidants locaux pour défendre leurs intérêts, ont soutenu les militants.

Également samedi, l'Observatoire, qui compte sur un réseau de militants à travers le pays pour évaluer la situation, a affirmé que les forces aériennes du gouvernement avaient mené 581 frappes aériennes depuis le début novembre, tuant au moins 115 personnes, dont 19 enfants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer