Aide aux victimes de Sandy: le président de la Chambre critiqué

La décision du président de la Chambre, le... (Photo Molly Riley, Agence France-Presse)

Agrandir

La décision du président de la Chambre, le républicain John Boehner, d'annuler le vote attendu mardi soir a scandalisé plusieurs élus et responsables de New York, du New Jersey et d'autres régions touchées par la tempête, ainsi que plusieurs membres de son propre parti.

Photo Molly Riley, Agence France-Presse

Partager

Dossiers >

La tempête Sandy

International

La tempête Sandy

La côte est américaine a été frappée de plein fouet par l'ouragan Sandy, rétrogradée depuis au rang de tempête tropicale. Sandy qui doit rencontrer, mercredi, une tempête hivernale précoce venant de l'ouest et des rafales de vent arctique pourrait donner naissance le jour de l'Halloween à une supertempête que les météorologues et les médias ont baptisée «Frankenstorm». »

Andrew Miga et Larry Margasak
Associated Press
Washington

Le président de la Chambre des représentants a promis d'organiser, d'ici au 15 janvier, des votes sur l'attribution d'une aide financière aux victimes de la supertempête qui a ravagé une grande partie du nord-est des États-Unis en octobre, a annoncé mercredi un élu de New York.

La décision du président de la Chambre, le républicain John Boehner, d'annuler le vote attendu mardi soir a scandalisé plusieurs élus et responsables de New York, du New Jersey et d'autres régions touchées par la tempête, ainsi que plusieurs membres de son propre parti.

Le représentant républicain Peter King a indiqué mercredi que M. Boehner organiserait un vote vendredi pour une aide de 9 milliards US destinée aux assurances en cas d'inondations, et un autre vote le 15 janvier sur une autre tranche d'aide de 51 milliards US.

Les votes auront lieu au sein du nouveau Congrès qui sera assermenté jeudi.

Selon M. King, M. Boehner a expliqué qu'après le controversé vote visant à éviter d'importantes hausses d'impôt et des coupes dans les dépenses - un scénario surnommé le précipice fiscal -, il ne croyait pas approprié de prévoir un vote avant que le Congrès actuel ne cesse ses activités.

Après sa rencontre avec M. Boehner, M. King semblait plus calme que la veille, alors qu'il avait vertement critiqué le président de la Chambre des représentants.

«Ce qui est fait est fait. Au bout du compte, l'État de New York, le New Jersey et le Connecticut recevront le soutien qu'ils méritent. Nous avons affiché clairement notre position hier soir (mardi). C'est du passé», a déclaré M. King.

La supertempête Sandy a fait au moins 120 morts et dévasté des communautés côtières de la Caroline du Nord jusqu'au Maine. L'État de New York, le New Jersey et le Connecticut ont été les plus touchés par des vents violents, des inondations et des marées de tempête.

Il s'agit du désastre naturel le plus coûteux depuis le dévastateur passage de l'ouragan Katrina, à La Nouvelle-Orléans, en 2005.

«La priorité du nouveau Congrès consiste à procurer l'aide vitale aux victimes de l'ouragan Sandy, et nous en avons donné l'assurance aux membres des délégations de New York et du New Jersey», a affirmé M. Boehner, dans un communiqué conjoint avec le leader de la majorité républicaine à la Chambre des représentants, Eric Cantor.

La Chambre a suspendu ses travaux pour la journée et se réunira jeudi à 11 h pendant une heure, avant l'investiture du nouveau Congrès à midi.

Les démocrates et les républicains de New York et du New Jersey avaient fustigé John Boehner mercredi pour sa décision d'annuler le vote, exigeant qu'il revienne sur sa position.

Le président Barack Obama a lui aussi appelé à un vote immédiat de la Chambre des représentants, tandis que les gouverneurs des deux États ont qualifié l'inaction de la Chambre de «manquement aux devoirs».

M. Boehner s'est retrouvé coincé entre les élus conservateurs, qui s'opposent à toute hausse des dépenses, et les élus du Nord-Est et la côte Atlantique, déterminés à aider leurs États à se relever plus de deux mois après le passage de la tempête.

Les critiques contre M. Boehner ont parfois pris un ton personnel, et reflétaient en partie la frustration des élus d'arrière-ban quant à sa décision d'aller de l'avant avec un vote sur l'accord permettant d'éviter le «précipice fiscal» conclu entre la Maison-Blanche et le leader de la minorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell. M. Boehner a fait face à une fronde des républicains les plus conservateurs, qui estimaient que l'accord ne comprenait pas suffisamment de coupes budgétaires.

Le gouverneur républicain du New Jersey, Chris Christie, a déclaré qu'il avait été frustré par l'annulation du vote et qu'il avait tenté de téléphoner à John Boehner à quatre reprises mardi soir, sans recevoir de réponse ni de retour d'appel. Il a qualifié la situation d'«extrêmement irrespectueuse» et s'est plaint de la «politique interne toxique» au sein de la majorité à la Chambre.

«En ce moment, je n'ai aucune raison de croire ce qu'ils me disent», a lancé M. Christie, avant que M. Boehner n'annonce la tenue de votes plus tard en janvier.

La sénatrice démocrate Kirsten Gillibrand, de l'État de New York, en a rajouté en affirmant que John Boehner devrait se rendre à Staten Island et sur la péninsule Rockaway pour expliquer sa décision aux familles dont la maison ou le commerce ont été détruits.

«Mais je doute qu'il ait la dignité ou le courage de le faire», a-t-elle dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer