Chelsea Manning sort de l'ombre

Chelsea Manning, qui a revendiqué son identité de... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Chelsea Manning, qui a revendiqué son identité de femme au lendemain de sa condamnation en 2013, a entamé en prison un traitement hormonal à l'issue d'un long combat légal.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Fuites de WikiLeaks
Fuites de WikiLeaks

Consultez notre dossier sur la publication de 250 000 câbles diplomatiques américains par WikiLeaks. »

Agence France-Presse
Washington

Cheveux courts et rouge aux lèvres, l'ancienne informatrice de WikiLeaks et jeune transgenre Chelsea Manning, sortie de prison mercredi, a publié jeudi une première photo d'elle sur les réseaux sociaux.

«OK, donc me voilà tout le monde!!», a écrit sur Twitter la jeune femme de 29 ans, qui était entrée en prison en tant qu'homme prénommé Bradley, avec une photo publiée aussi sur Instagram.

Cheveux blonds très courts, les yeux maquillés et du rouge aux lèvres, Chelsea Manning est vêtue d'une tenue bleu marine à rayures blanches.

Chelsea Manning, qui a revendiqué son identité de femme au lendemain de sa condamnation en 2013, a entamé en prison un traitement hormonal à l'issue d'un long combat légal.

Selon ses soutiens, la jeune femme devrait désormais laisser pousser ses cheveux, après des années passées à se conformer à la coupe courte réglementaire en détention.

Sur Twitter, plateforme qu'elle utilisait même depuis sa cellule, elle avait publié après sa sortie du pénitencier de Fort Leavenworth, aux confins du Kansas et du Missouri, une photo de ses pieds chaussés de chaussures de course, avec le commentaire «premiers pas de liberté».

Traîtresse qui a pactisé avec l'ennemi pour les uns, héroïne des libertés pour les autres, Chelsea Manning avait transmis à WikiLeaks en 2010 plus de 700 000 documents confidentiels ayant trait aux guerres d'Irak et d'Afghanistan, dont plus de 250 000 câbles diplomatiques, qui avaient plongé les États-Unis et les chancelleries à travers le monde dans l'embarras.

Condamnée en cour martiale à 35 ans de réclusion pour cette gigantesque fuite de données classées, elle est sortie de prison après sept années derrière les barreaux à la faveur d'une peine commuée par l'ancien président Barack Obama.

L'ancienne analyste du renseignement reste légalement une soldate de l'U.S. Army, techniquement en congé sans solde pendant l'examen de l'appel qu'elle a formulé contre sa condamnation.

Il reste cependant hautement improbable que Chelsea Manning soit appelée à servir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer