Bradley Manning connaîtra sa peine aujourd'hui

Pour avoir transmis plus de 700 000 documents... (PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS)

Agrandir

Pour avoir transmis plus de 700 000 documents à Wikileaks, notamment des rapports d'activités militaires en Irak et en Afghanistan ainsi que des câbles diplomatiques, Bradley Manning encourt 90 ans de réclusion.

PHOTO KEVIN LAMARQUE, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Chantal VALERY
Agence France-Presse
Fort Meade, Maryland

Le soldat américain Bradley Manning, coupable d'avoir transmis par milliers des documents secrets à WikiLeaks, devrait connaître mercredi à 10 h la peine à laquelle la justice militaire le condamne, mettant ainsi un point final au procès ouvert le 3 juin.

En début de semaine, le procureur militaire Joe Morrow avait demandé à la juge Denise Lind «d'envoyer un message à tous les soldats qui envisageraient de voler des informations classifiées», en condamnant le jeune Américain à six décennies de prison et en lui infligeant une peine de 100 000 $ d'amende.

De son côté, son avocat David Coombs avait demandé au colonel Lind de punir son client, certes, mais d'une peine qui lui donne la «possibilité de vivre» et permette la réinsertion d'un accusé «jeune», «humaniste», «très intelligent», «naïf certainement, mais bien intentionné».

La juge a précisé pendant une courte audience de cinq minutes mardi que Manning bénéficierait d'un total de 1293 jours de remise de peine (près de trois ans et demi), correspondant à sa détention préventive depuis son arrestation en mai 2010, dont neuf mois sous un régime d'isolement strict.

La semaine dernière, le jeune homme, visiblement très ému, avait regretté «avoir fait du mal aux gens et aux États unis», quelques jours après que la juge Lind l'a reconnu coupable, entre autres chefs d'accusation, d'espionnage et de fraude. Elle l'avait en revanche acquitté de celui de «collusion avec l'ennemi», en l'occurrence Al-Qaïda.

Tout au long des audiences, l'avocat de Manning a fait la part belle aux troubles de l'identité sexuelle du jeune homme, mais aussi à son enfance difficile avec des parents alcooliques.

Bradley Manning, 25 ans, a reconnu avoir transmis quelque 700 000 documents confidentiels au site internet WikiLeaks qui les a ensuite publiés.

Ces documents, 250 000 câbles diplomatiques et 500 000 rapports militaires classés secrets défense, concernent aussi bien la diplomatie américaine que les guerres en Irak et en Afghanistan.

Les câbles diplomatiques du département d'État émanent d'ambassades et de consulats américains et datent de 1966 à 2010. Les documents militaires sont notamment des rapports confidentiels du Pentagone révélant des abus, tortures et meurtres parmi les civils.

Le procès, sur la base de Fort Meade, près de Washington, a donné l'occasion à ses nombreux partisans de faire part de leur colère quant au sort réservé au soldat Manning, dont les actes «n'ont blessé personne», selon son réseau de soutien bradleymanning.org

L'affaire Manning a pris une dimension particulière ces dernières semaines avec les révélations d'un autre «lanceur d'alertes», celles de l'Américain Edward Snowden, portant sur les programmes de surveillance de masse menés par l'Agence nationale de la sécurité (NSA).

Mais, s'il est inculpé d'espionnage par son pays, Snowden est en revanche réfugié en Russie, où les autorités lui ont accordé un asile temporaire d'un an.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer