Des commandos français seraient opérationnels en Libye

Des forces spéciales françaises lors d'une opération à Ouagadougou,... (PHOTO AFP)

Agrandir

Des forces spéciales françaises lors d'une opération à Ouagadougou, au Burkina Faso, en janvier drnier.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
Tripoli

Le premier ministre du gouvernement de Tripoli, non reconnu par la communauté internationale, a affirmé mercredi que des forces spéciales françaises «dirigeaient les combats» à Benghazi, quelques heures après des révélations du Monde sur la présence de commandos français en Libye.

«Il y a des forces commandos françaises (...) qui dirigent les combats en cours (à Benghazi) depuis un centre d'opérations sur la base de Benina», a affirmé le premier ministre Khalifa Ghweil dans un communiqué publié sur le site officiel du gouvernement de Tripoli.

Le communiqué, qui a également été lu à la télévision par M. Ghweil, ne comporte aucun autre détail sur ce sujet.

Le gouvernement de Tripoli a vigoureusement dénoncé l'offensive que mènent depuis samedi les forces loyales au gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale à Benghazi, deuxième ville de Libye située à 1000 km à l'est de la capitale Tripoli.

Mercredi, le quotidien Le Monde a fait état de la présence de forces spéciales et d'agents secrets français en Libye. Ces révélations ont entraîné l'ouverture d'une «enquête pour compromission» du secret défense par le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, selon son entourage.

D'après Le Monde, la France mène aussi en Libye «des opérations clandestines» contre des cadres du groupe djihadiste État islamique.

Le gouvernement de Tripoli soutient militairement le Conseil de la Choura des révolutionnaires, une coalition hétéroclite de milices qui fait partie des groupes combattant les forces loyalistes à Benghazi et a qualifié l'offensive loyaliste d'«actes hostiles injustifiés».

Des djihadistes de l'EI et d'Ansar Asharia, mouvement proche d'Al-Qaïda, se battent également dans cette ville contre les troupes fidèles aux autorités libyennes reconnues internationalement.

La base de Benina, où se trouveraient les forces spéciales françaises, est la principale infrastructure miliaire des forces loyalistes à Benghazi, qui sont placées sous le commandement du général Khalifa Haftar.

Ces dernières avaient affirmé mardi avoir repris un secteur du centre-ville qui était le principal bastion des jihadistes dans Benghazi.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer