Près de la moitié des Libyens affectés par les conflits armés

La Libye est déchirée depuis un an par... (PHOTO MOHAMMED EL-SHEIKHY, ARCHIVES AP)

Agrandir

La Libye est déchirée depuis un an par un conflit qui oppose deux autorités rivales: un gouvernement reconnu par la communauté internationale basé dans l'est du pays et une administration rivale soutenue par une coalition de milices établie à Tripoli.

PHOTO MOHAMMED EL-SHEIKHY, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
TRIPOLI

Près de la moitié de population libyenne a été affectée par les conflits armés qui font rage dans le pays, et aurait besoin d'une assistance humanitaire, révèle un rapport de l'ONU.

«Plus de trois millions de personnes ont été affectées par les conflits armés et l'instabilité politique que connait la Libye, dont 2,44 millions seraient dans une situation nécessitant une protection et une assistance humanitaire», indique un rapport de l'Office des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires.

Selon le rapport, ces conflits toucheraient à la fois les populations déplacées et non déplacées des «centres urbains» théâtres de violences, comme Benghazi, Tripoli, Misrata, Syrte, Sebha et Derna. Des pénuries de médicaments et de soins médicaux élémentaires y ont lourdement pénalisé les civils, y compris les réfugiés et les demandeurs d'asile.

La Libye est déchirée depuis un an par un conflit qui oppose deux autorités rivales: un gouvernement reconnu par la communauté internationale basé dans l'est du pays et une administration rivale soutenue par une coalition de milices établie à Tripoli.

Depuis l'été 2014, 435 000 personnes ont été contraintes d'abandonner leurs maisons, selon le rapport, et 100 000 vivent dans des camps en plein air ou occupent des bâtiments abandonnés tels que des écoles ou des hangars désaffectés.

Les enfants sont aussi touchés par les conflits et «l'augmentation du trafic humain, les recrutements de force (...) et les frappes aériennes», poursuit le rapport.

Le rapport fait état de violations graves des droits de l'homme et des lois internationales et fait porter la responsabilité de cette situation à toutes les parties du conflit.

L'absence d'État de droit et la multiplication des conflits armés dans le pays ont aussi fait croître le nombre de déplacés et fragilisé la situation des réfugiés et des migrants.

La Libye, avec ses 1770 km de côtes, est devenue une plaque tournante de l'immigration clandestine vers l'Europe. Les passeurs profitent du chaos régnant dans le pays miné par les violences et divisé entre deux gouvernements rivaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer