Des forces anti-djihadistes avancent dans la vieille ville de Raqqa

De violents combats ont secoué la vieille ville... (AP)

Agrandir

De violents combats ont secoué la vieille ville toute la nuit et mercredi matin, a affirmé un porte-parole des Unités de défense du peuple kurde (YPG), la principale composante des FDS.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Des combattants syriens soutenus par les États-Unis ont avancé mercredi dans la vieille ville de Raqqa contrôlée par le groupe État islamique (EI), au lendemain de leur première percée dans cette zone fortifiée, ont indiqué un porte-parole et une ONG.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) --une alliance de combattants kurdes et arabes-- ont ouvert mardi des brèches dans le mur qui entoure la vieille ville de Raqqa, dernier grand fief urbain de l'organisation djihadiste en Syrie.

De violents combats ont secoué la vieille ville toute la nuit et mercredi matin, a affirmé un porte-parole des Unités de défense du peuple kurde (YPG), la principale composante des FDS.

«Les FDS ont avancé et capturé la route stratégique de Saif al-Dawlah qui mène vers la Vielle Mosquée», a indiqué Nouri al-Mahmoud à l'AFP.

Cette route traverse la vieille ville par le nord et mène vers une large enceinte où se trouve une mosquée.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les FDS avaient avancé de quelque 200 mètres dans la vieille ville mercredi à midi.

«Elles sont maintenant à environ 300 mètres de la Vieille Mosquée, a indiqué le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Mais les djihadistes opposent une résistance farouche pour défendre leurs positions, lançant des drones armés et des voitures piégées en direction des FDS, selon M. Mahmoud.

L'EI s'est emparé en 2014 de vastes territoires à cheval entre l'Irak et la Syrie, faisant de Mossoul et Raqqa les principaux fiefs de son «califat» dans les deux pays voisins.

Raqqa est devenue tristement célèbre pour les atrocités commises par l'EI et serait un centre pour la planification d'attentats meurtriers à l'étranger.

Selon les estimations, il resterait environ 100 000 civils à Raqqa et quelque 2500 djihadistes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer