Syrie: 20 civils tués dans des frappes de la coalition

Treize civils, dont cinq enfants, ont été tués... (AFP)

Agrandir

Treize civils, dont cinq enfants, ont été tués lors d'une frappe lundi soir sur la ville de Boukamal, près de la frontière irakienne, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme qui précise que trois membres du groupe djihadiste État islamique (EI), qui contrôle cette commune, ont également péri.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Des frappes menées par la coalition internationale anti-djihadiste dans la province syrienne de Deir Ezzor (est) ont tué 20 civils, a rapporté mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Treize civils, dont cinq enfants, ont été tués lors d'une frappe lundi soir sur la ville de Boukamal, près de la frontière irakienne, selon l'Observatoire. Trois membres du groupe djihadiste État islamique (EI), qui contrôle cette localité, ont également péri.

Plus tôt dans la journée, une frappe a tué sept civils, dont un enfant, dans le village de Husseiniyé, a ajouté l'OSDH qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

L'OSDH a également rapporté la mort de 10 civils, dont neuf enfants, dans une frappe probablement menée par l'aviation russe mardi sur une ville de la province d'Idleb (nord-ouest), contrôlée par les rebelles.

La coalition dirigée par Washington mène des raids aériens contre l'EI en Syrie depuis 2014 et fournit un soutien aérien à une alliance arabo-kurde qui progresse vers le bastion djihadiste de Raqa.

En mars, elle avait jugé «probable» qu'au moins 220 civils aient été tués «involontairement» dans ses frappes aériennes contre l'EI en Irak et en Syrie depuis 2014. Mais les organisations internationales estiment que le bilan réel est beaucoup plus élevé.

La majeure partie de la province de Deir Ezzor, riche en pétrole, est contrôlée par l'organisation extrémiste sunnite, y compris une partie de la capitale provinciale éponyme.

Les djihadistes ont assiégé les parties gouvernementales de la ville de Deir Ezzor, piégeant les habitants qui ont un accès limité aux produits de première nécessité.

La guerre en Syrie a fait plus de 320 000 morts et des millions de déplacés depuis son déclenchement en mars 2011.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer