Syrie: les rebelles disent avoir brisé le siège de leurs quartiers à Alep

Sur la photo, des combattants rebelles à Alep.... (PHOTO AMMAR ABDULLAH, REUTERS)

Agrandir

Sur la photo, des combattants rebelles à Alep.

PHOTO AMMAR ABDULLAH, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Rouba EL HUSSEINI
Agence France-Presse
BEYROUTH

Les rebelles aidés de djihadistes ont renversé samedi la situation à Alep, deuxième ville de Syrie, en affirmant avoir brisé le siège imposé à leurs quartiers qui restent soumis à d'intenses raids du régime et de son allié russe.

Le régime a, quant à lui, affirmé avoir repris plusieurs positions aux insurgés tout près d'Alep, la situation militaire sur le terrain restant fluctuante.

Selon un photographe de l'AFP sur place, un camion de légumes, le premier en un mois, a pu entrer dans les quartiers rebelles d'Alep en passant par une zone reprise au régime.

Autre développement important dans le pays ravagé par la guerre, des combattants arabes et kurdes soutenus par l'Occident ont remporté une victoire contre les djihadistes du groupe État islamique (EI) en s'emparant de leur fief de Minbej, à quelque 60 km au nord-est d'Alep.

Enjeu majeur du conflit, la ville septentrionale d'Alep est divisée depuis 2012 entre quartiers est contrôlés par les rebelles et secteurs ouest aux mains du régime. Les premiers étaient assiégés depuis le 17 juillet par le régime et les seconds quasi encerclés par les insurgés.

«Les rebelles ont brisé le siège» de leurs quartiers à Alep, a affirmé dans un tweet la coalition de l'opposition syrienne en exil. L'un des principaux groupes islamistes qui participent à l'offensive rebelle, Ahrar al-Cham, a affirmé, également sur Twitter, que l'avancée des rebelles «leur a ouvert la voie vers Alep».

Selon Ahrar al-Cham, les rebelles ont pris le quartier gouvernemental de Ramoussa, à la périphérie sud d'Alep, d'où ils ont fait la jonction avec les quartiers rebelles.

À l'annonce de «la fin» du siège, des dizaines d'habitants sont descendus dans les rues dans les zones rebelles et ont tiré en l'air en guise de célébration.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), a confirmé que les rebelles du quartier de Cheikh Saïd, dans le sud d'Alep, avaient fait leur jonction avec d'autres insurgés dans une partie de Ramoussa, mais a souligné que le reste de ce dernier quartier était toujours aux mains du régime.

Selon l'OSDH, les rebelles et les djihadistes ont cependant étendu leur contrôle samedi soir et saisi l'école technique de l'Armée de l'Air au sud d'Alep.

«Les quartiers ouest d'Alep sont maintenant assiégés. Il n'y a plus de route sûre pour les civils se trouvant dans les quartiers gouvernementaux pour entrer ou sortir de la ville», a indiqué le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahman.

200 morts samedi

Avant d'entrer dans Ramoussa, «l'Armée de la Conquête» -coalition de rebelles et de djihadistes- avait «pris l'académie d'armement où se trouvent d'importantes munitions, et la majeure partie de l'académie d'artillerie», selon l'OSDH.

Mais en soirée, une source militaire syrienne, citée par la télévision d'État, a affirmé que les prorégime avaient repris à nouveau l'académie d'artillerie et que «les terroristes avaient abandonné certaines positions à l'académie d'armement».

Signe de la violence des combats, 200 combattants ont péri samedi, ce qui porte à 700 le bilan des morts dans les deux camps depuis le début de la contre-offensive rebelle le 31 juillet pour briser le siège d'Alep, selon l'OSDH.

Des milliers de combattants sont engagés dans cette bataille cruciale. Les rebelles sont aidés par le Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra ayant renoncé à son rattachement à Al-Qaïda) et le régime par des combattants iraniens et du Hezbollah ainsi que par la Russie.

Alors que le régime veut coûte que coûte reprendre le dessus, il a bombardé intensément avec l'allié russe les positions rebelles dans et près d'Alep, selon l'OSDH. Les raids se poursuivaient en soirée.

L'EI perd Minbej

Dans un quartier gouvernemental, un enseignant de 34 ans qui a refusé d'être identifié, ne cache pas sa crainte. «Bien sûr j'ai confiance dans l'armée, mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir peur. Les prix des aliments ont déjà augmenté et les jours prochains risquent d'être très difficile. On commence à se demander comment partir».

Toujours dans la province d'Alep, les forces démocratiques syriennes (FDS) ont pris «le contrôle de Minbej et ratissent le centre-ville», un peu plus de deux mois après avoir lancé leur offensive le 31 mai pour conquérir ce fief de l'EI, a affirmé l'OSDH. Les FDS étaient appuyées par la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

Les FDS continuaient à pourchasser les djihadistes dans la ville.

Minbej était le principal carrefour d'approvisionnement de l'EI, de la frontière turque vers Raqa, sa capitale de facto en Syrie située plus à l'est.

Dans la province d'Idleb (nord-ouest), contrôlée par les rebelles, au moins dix civils ont été tués par des raids aériens près d'un hôpital, selon l'OSDH.

Déclenché par la répression de manifestations pacifiques en mars 2011, le conflit en Syrie est devenu plus complexe avec l'intervention militaire de pays étrangers et la montée en puissance de djihadistes. Il a fait plus de 280 000 morts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer