Syrie: 35 combattants tués dans la province d'Alep

Au moins 19 membres du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et de... (Al-Nusra Front via AP)

Agrandir

Al-Nusra Front via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Au moins 19 membres du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et de groupes rebelles alliés ainsi que 16 combattants prorégime ont été tués en 24 heures dans des combats autour d'Alep, a indiqué dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«De violents combats ont éclaté après minuit (dimanche) sur plusieurs fronts dans le sud de la province d'Alep», a indiqué l'OSDH qui dispose d'un large réseau d'informateurs à travers la Syrie.

Des combattants du mouvement chiite libanais Hezbollah se battent aux côtés des troupes du régime syrien et d'autres milices loyalistes contre les jihadistes et groupes rebelles alliés, a précisé l'OSDH.

«Des bombardements et des combats ont tué 19 membres d'Al-Nosra au cours des dernières 24 heures (...) Seize combattants prorégime ont également été tués», a déclaré l'OSDH, ajoutant que l'un des jihadistes s'était fait exploser.

Une trêve entre le régime de Bachar al-Assad et les rebelles a permis aux troupes loyalistes de se concentrer sur la lutte contre les jihadistes, exclus de l'accord initié par Washington et Moscou.

Ce cessez-le-feu est globalement respecté depuis son entrée en vigueur le 27 février dans l'ensemble de la Syrie, mais les combats continuent dans les zones où le Front Al-Nosra est actif.

Autour d'Alep notamment, «le cessez-le-feu s'est quasiment effondré sur les principales lignes de front», a estimé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

«(Le groupe salafiste armé) Ahrar al-Sham mène avec ses alliés une offensive pour reprendre les zones autour d'Alep dont le régime s'est emparé avant l'entrée en vigueur de la trêve», a-t-il déclaré à l'AFP.

Les raids aériens et les bombardements menés par le régime sur les zones résidentielles ont pratiquement cessé, ce qui a fait baisser le nombre de civils tués, a-t-il ajouté.

Mais «la violence autour des lignes de front n'a en aucun cas cessé», a-t-il souligné.

Par ailleurs, les rebelles ont bombardé à plusieurs reprises le quartier kurde de Cheikh Maksoud, tuant des dizaines de civils depuis le début de la trêve.

Le conflit syrien a fait plus de 270 000 morts et plusieurs millions de déplacés depuis 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer