Le régime syrien met en garde contre toute «agression» terrestre étrangère

Le président syrien, Bashar al-Assad... (PHOTO ARCHIVES AP/SANA)

Agrandir

Le président syrien, Bashar al-Assad

PHOTO ARCHIVES AP/SANA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
DAMAS

Le régime syrien a mis en garde samedi contre toute intervention terrestre étrangère sur son sol après des informations faisant état d'éventuels envois de troupes saoudiennes et turques dans le pays en guerre.

«Toute intervention terrestre sur le territoire syrien sans l'autorisation du gouvernement est une agression face à laquelle il faudra résister», a affirmé le chef de la diplomatie Walid Mouallem lors d'une conférence de presse à Damas.

«Que personne ne pense à agresser la Syrie ou à violer sa souveraineté, car nous enverrons (les agresseurs), qu'ils soient saoudiens ou turcs, dans des cercueils en bois dans leur pays», a-t-il ajouté.

«Ca sera le sort de quiconque voudrait participer avec les terroristes à l'agression contre la Syrie», a encore dit le ministre, alors que les troupes prorégime ont enregistré de nombreux succès face aux rebelles depuis l'intervention de l'allié russe dans le conflit fin septembre.

Le régime de Bachar al-Assad considère les militants, rebelles et djihadistes, comme des «terroristes» à la solde de puissances régionales comme l'Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar.

Jeudi, un général saoudien a affirmé à l'AFP que son pays, principal soutien de la rébellion syrienne, serait prêt à se joindre à toute opération terrestre en Syrie décidée par la coalition antidjihadistes menée par Washington.

Par ailleurs, l'armée russe a affirmé avoir «de sérieuses raisons» de croire que la Turquie prépare une «intervention militaire» en Syrie voisine, invoquant l'accumulation à la frontière d'hommes et de matériel et l'interdiction par Ankara du survol de son territoire par un avion de reconnaissance russe. Ankara a qualifié ces déclarations de risibles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer