Syrie: 135 morts dans une attaque de l'EI

La ville de Deir Ezzor, dans le nord-est... (PHOTO AHMAD ABOUD, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

La ville de Deir Ezzor, dans le nord-est de la Syrie.

PHOTO AHMAD ABOUD, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

L'attaque du groupe Etat islamique contre la ville de Deir Ezzor (est) a tué samedi 135 personnes dont au moins 85 civils, selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Au moins 135 personnes ont péri dans l'attaque de l'EI, dont au moins 85 civils et 50 soldats syriens et combattants de milices prorégime», a affirmé à l'AFP le directeur de cette ONG, Rami Abdel Rahmane. Il avait précédemment fait état de la mort de 75 combattants progouvernementaux.

Ces soldats syriens et combattants de milices prorégime ont trouvé la mort lors d'une attaque revendiquée par le groupe djihadiste sur plusieurs quartiers de Deir Ezzor (est) et ses environs.

Dans la province d'Alep (nord), au moins 16 combattants de l'EI ont été tués dans une attaque avortée contre une position du régime près de la ville d'Al-Bab, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La télévision d'État syrienne a également rapporté que les forces du régime avaient repoussé une offensive dans la région.

Selon l'OSDH qui dispose d'un large réseau d'informateurs en Syrie, des avions russes effectuaient des frappes dans la région entre l'aéroport militaire de Koueiris, contrôlé par le régime, et Al-Bab, dans le nord-est de la province.

De violents combats se déroulaient par ailleurs samedi dans le nord et l'est de la Syrie où les forces du régime, soutenues par les frappes russes, affrontent le groupe État islamique.

Au cours des derniers jours, les forces prorégime ont progressé vers Al-Bab, un bastion de l'EI, en reprenant plusieurs villages aux alentours. Elles se trouvent désormais à moins de dix kilomètres de cette ville, une distance qu'elles n'avaient plus atteinte depuis 2012.

Située à 30 km au sud de la frontière turque, Al-Bab est tombée aux mains des rebelles en juillet 2012 puis de l'EI en novembre 2013.

Les combattants prorégime tentent notamment de couper l'accès des rebelles à Alep, la deuxième ville de Syrie, qui est divisée entre quartiers ouest contrôlés par le gouvernement et quartiers est sous contrôle rebelle.

«À travers cette opération, l'armée tente d'élargir sa zone de sécurité autour de la ville» d'Alep, et d'empêcher les rebelles de se réapprovisionner depuis les environs, a expliqué à l'AFP une source de sécurité.

Selon un commandant des forces progouvernementales, le régime se bat actuellement sur sept fronts différents dans la province d'Alep.

Le régime espère aussi affaiblir l'EI qui contrôle une partie de la province, voisine de celle de Raqa, dont le chef-lieu est la capitale de facto du groupe djihadiste.

«Les forces du régime ont un plan précis pour couper le territoire que contrôle l'EI dans la province d'Alep de celui qu'il contrôle à Raqa», a souligné Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

Dans la ville de Raqa, «au moins 16 personnes ont été tuées, dont des civils, et 30 ont été blessées dans huit raids qui ont visé des quartiers de la ville et ses alentours», a-t-il ajouté, sans préciser si les frappes ont été menées par l'aviation russe ou la coalition internationale menée par Washington.

«Lourdes pertes»

En difficulté l'été dernier, les forces de Bachar al-Assad ont repris l'offensive depuis le début le 30 septembre de l'intervention de la Russie, fidèle allié de Damas, qui a depuis mené des milliers de frappes aériennes.

Certaines opérations ont remporté un réel succès, à l'image de la prise de Salma, quartier général des rebelles islamistes et du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, dans les montagnes de Lattaquié (nord-ouest).

Mais l'EI reste capable d'infliger des défaites au régime et a revendiqué dans un communiqué une «vaste attaque» menée samedi sur plusieurs fronts dans la ville de Deir Ezzor, affirmant avoir pris le contrôle de la banlieue Al-Baghaliyeh.

Selon l'OSDH, l'offensive déclenchée par un attentat suicide à la voiture piégée, a tué 75 soldats et combattants de milices progouvernementales.

L'ONG affirme que l'organisation djihadiste a avancé dans le nord de la capitale divisée de la province pétrolière du même nom et contrôle désormais environ 60% de l'agglomération.

L'agence officielle syrienne Sana a de son côté évoqué «un massacre» et des «dizaines de civils tués» à Al-Baghaliyeh, une banlieue de Deir Ezzor.

Le régime contrôle toujours des portions de la capitale provinciale ainsi qu'un aéroport militaire à proximité, malgré les attaques répétées de l'EI.

Depuis le début en mars 2011 de la guerre civile en Syrie, devenue de plus en plus complexe avec une multiplication des acteurs, 260 000 personnes sont mortes et des millions ont été poussées à la fuite.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a réclamé vendredi la levée des sièges des villes qu'il a qualifiés de «tactique barbare» et de «violation grave du droit international».

Après des mois d'attente désespérée, les habitants de Madaya, ville assiégée près de Damas, ont reçu cette semaine une aide internationale humanitaire d'urgence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer