Amnesty accuse les forces kurdes syriennes de «crimes de guerre»

Des combattants des forces kurdes font une pause... (Photo Jake Simkin, AP)

Agrandir

Des combattants des forces kurdes font une pause avant une nouvelle bataille pour gagner de nouvelles positions, à Kobani, en Syrie.

Photo Jake Simkin, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Guerre civile en Syrie
Guerre civile en Syrie

Pour tout savoir sur le conflit syrien qui depuis mars 2011 a coûté la vie à plus de 250 000 personnes et poussé à la fuite des millions d'autres. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Les déplacements forcés de population et les destructions de maisons menés par les forces kurdes dans le nord et le nord-est de la Syrie constituent des « crimes de guerre », affirme mardi Amnesty International.

Selon l'ONG, une mission envoyée dans 14 villes et villages de ce secteur de Syrie « a découvert une vague de déplacements forcés et de destructions de maisons qui constituent des crimes de guerre commis par l'administration autonome » kurde syrienne.

Cette administration s'est mise en place lorsque l'armée syrienne s'est retirée de la quasi-totalité de cette partie à majorité kurde du pays en 2012, l'année qui a suivi le début du conflit syrien.

Les forces de sécurité kurdes syriennes y combattent actuellement le groupe djihadiste État islamique (EI).

Selon Amnesty, les destructions observées ne sont pas le résultat des combats contre les djihadistes mais d'une « campagne délibérée et coordonnée de punition collective des habitants de villages auparavant contrôlés par l'EI ou soupçonnés d'abriter des partisans de l'EI ».

D'après des images satellites examinées par l'organisation de défense des droits de l'Homme basée à Londres, le village de Housseiniya (nord-est) a ainsi été détruit à 94 % entre juin 2014 et juin 2015.

« Ils (les combattants kurdes syriens) nous ont sortis de nos maisons et ont commencé à les brûler, ils ont apporté des bulldozers, ils ont détruit les maisons les unes après les autres jusqu'à ce que le village entier y passe », a dit un habitant de Housseiniya cité par Amnesty.

« En détruisant délibérément les maisons de populations civiles, et dans certains cas en rasant et en brûlant des villages entiers, ainsi qu'en déplaçant des habitants sans but militaire justifiable, l'administration autonome abuse de son pouvoir et bafoue le droit humanitaire international », a indiqué Lama Fakih, une responsable d'Amnesty International.

Déjà montrées du doigt pour ces agissements, les forces kurdes syriennes répondent régulièrement que ces accusations portent sur des « cas isolés ».

«Ils (les combattants kurdes syriens) nous ont sortis de nos maisons et ont commencé à les brûler, ils ont apporté des bulldozers, ils ont détruit les maisons les unes après les autres jusqu'à ce que le village entier y passe.»

un habitant de Housseiniya
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer