Face à l'EI, les rebelles syriens menacent de jeter les armes

Des militants de l'État islamique paradent dans les... (PHOTO ARCHIVES REUTERS/STRINGER)

Agrandir

Des militants de l'État islamique paradent dans les rues de Raqqa, dans le nord de la Syrie, le 30 juin.

PHOTO ARCHIVES REUTERS/STRINGER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
BEYROUTH, Liban

Les groupes rebelles dans le nord et l'est de la Syrie ont menacé mercredi de rendre leurs armes s'ils ne reçoivent pas d'aide de l'opposition pour faire face aux djihadistes de l'État islamique (EI).

«Nous, les dirigeants des brigades et bataillons (...) donnons une semaine à la Coalition nationale, au gouvernement provisoire (...) et à tous les organismes de la Révolution syrienne pour envoyer des renforts et de l'aide», selon un communiqué.

«Si notre appel n'est pas entendu, nous allons rendre nos armes et renvoyer nos combattants», ajoute le texte.

Ce communiqué survient trois jours après la proclamation par les djihadistes de l'État islamique (EI), opérant en Irak et en Syrie, d'un califat, un système de règne islamique aboli depuis près d'un siècle.

Les mouvements qui ont signé le communiqué sont des groupes rebelles locaux basés dans les régions où les combats contre l'EI sont les plus violents, notamment à Deir Ezzor (est, frontalier de l'Irak), Alep et Raqa (nord).

«Notre Révolution populaire (contre le régime de Bachar al-Assad) (...) est aujourd'hui menacée par l'EI, spécialement après l'annonce du califat», poursuit le communiqué.

Le groupe ultra radical de l'EI est apparu pour la première fois en Syrie au printemps 2013. Depuis il a conquis la ville de Raqa dans le nord du pays, de larges pans de la province de Deir Ezzor et quelques positions dans la province d'Alep.

En dépit d'un manque de fonds dont ils se sont souvent plaints, les groupes rebelles de ces régions s'opposent à l'EI, initialement connu sous le nom de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Au début, les rebelles de Syrie avaient accepté la présence dans leurs rangs de l'EIIL dans leur combat contre le régime d'Assad, mais ils se sont ensuite retournés contre cette organisation djihadiste en raison de ses exactions systématiques et de ses ambitions hégémoniques.

L'EI s'est renforcé ces dernières semaines par une offensive qu'il a lancée en Irak voisin, prenant de larges pans du territoire et confisquant les armes lourdes de l'armée irakienne en déroute.

La guerre en Syrie a commencé par un mouvement de protestation pacifique en mars 2011 avant de se transformer en un conflit armé face à une impitoyable répression menée par le régime.

Après plusieurs mois de combats, les djihadistes ont commencé à intervenir en Syrie et, en janvier 2014, les rebelles de Syrie, y compris les islamistes, ont lancé une vaste offensive contre l'EI, une guerre qui a fait près de 6000 morts.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer