Prise de la base Cheikh Souleimane: 36 soldats syriens tués

Le Front Al-Nosra, la brigade al-Mouhajirine et le... (PHOTO HERVE BAR, AFP)

Agrandir

Le Front Al-Nosra, la brigade al-Mouhajirine et le Conseil des moujahidine, trois mouvements djihadistes qui se sont emparés lundi de la base Cheikh Souleimane, ont pris mardi le centre de recherche scientifique qui lui était rattaché, a précisé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

PHOTO HERVE BAR, AFP

Partager

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
Beyrouth, Liban

Au moins 36 soldats de l'armée syrienne ont été tués au cours de la bataille à l'issue de laquelle des brigades islamistes se sont emparées de la base Cheikh Souleimane, dans le Nord syrien, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

 

 

En outre, une soixantaine d'autres ont été blessés ou faits prisonniers, dont sept officiers, tandis qu'entre 40 et 50 militaires ont pu s'échapper, selon l'OSDH qui cite des militants sur place.

Le Front Al-Nosra, la brigade al-Mouhajirine et le Conseil des moujahidine, trois mouvements djihadistes qui se sont emparés lundi de la base, ont pris mardi le centre de recherche scientifique qui lui était rattaché, a précisé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'OSDH.

La caserne du bataillon 111 de l'armée, située à 12 km au nord-ouest d'Alep, s'étend sur plusieurs kilomètres carrés de collines caillouteuses. Il s'agissait de la dernière garnison gouvernementale d'importance dans cette région, où les rebelles tiennent désormais une large zone géographique.

«C'est un gain significatif pour l'opposition armée. Il prouve que l'armée enregistre de lourdes pertes militaires», avait estimé M. Abdel Rahmane.

Selon un journaliste de l'AFP qui a assisté à une partie de l'assaut, un grand nombre des combattants islamistes sont des étrangers, arabes ou originaires du Caucase. L'un de leurs chefs est un Ouzbek se faisant appeler Abu Talha, que le journaliste avait déjà croisé dans la région.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer