Le père d'Ibragim Todashev, tué par le FBI, s'interroge sur sa mort

Ibragim Todashev... (Photo Reuters)

Agrandir

Ibragim Todashev

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Moscou

Le père d'Ibragim Todashev, un jeune homme d'origine tchétchène tué par le FBI mercredi pendant son interrogatoire sur les attentats de Boston, s'est interrogé sur les circonstances exactes de sa mort, dans des déclarations faites à la chaîne publique de télévision Russia Today diffusées jeudi.

«Comment aurait-il pu attaquer un policier, particulièrement avec un couteau, comme ils disent, s'ils étaient cinq ou six sur les lieux ?», s'est demandé Abdoulbaki Todashev, s'exprimant de Grozny, la capitale de la Tchétchénie, république russe du Caucase.

«Si on ne le provoquait pas, c'était quelqu'un de très calme, et il n'aurait jamais attaqué quiconque», a ajouté le père de cet homme de 27 ans abattu mercredi à Orlando, en Floride.

Il a également nié que son fils ait pu être un musulman particulièrement fervent.

Il était «ordinaire, comme tous les Tchétchènes, il suivait les enseignements de l'Islam et c'est tout», a déclaré M. Todachev.

Le FBI a indiqué mercredi qu'Ibragim Todashev, interrogé à son domicile en Floride dans le cadre de l'enquête sur les attentats qui ont fait trois morts et plus de 260 blessés à Boston le 15 avril, avait été tué après avoir provoqué un «violent affrontement» avec les policiers.

Selon les médias américains, le jeune homme s'est jeté sur un enquêteur avec un couteau à l'issue de son interrogatoire.

Les médias ont également affirmé qu'Ibraguim Todachev avait reconnu avoir commis un triple meurtre en 2011 avec Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, un des auteurs présumés, lui aussi d'origine tchétchène, des attentats de Boston. Celui-ci a été tué dans des échanges de tirs avec le FBI peu après les attentats, son frère Djokhar, 19 ans, ayant de son côté été blessé et arrêté.

Le père d'Ibragim Todashev a assuré que son fils et Tamerlan Tsarnaev n'avaient fait que «fréquenter la même salle de sport» où ils pratiquaient la boxe et les arts martiaux.

Il a indiqué que son fils était parti aux États-Unis pour des études, puis y était resté.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer